Bienvenue invité ( Connexion | Inscription ) Recevoir à nouveau l'email de validation  

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Planète Japon, news sur le cinéma japonais
Suivre ce sujet | Envoyer ce sujet | Imprimer ce sujet
Pages : (2) 1 [2]  ( Aller vers premier message non lu )
P'tit Panda
Ecrit le : Mardi 19 Juillet 2011 09h48
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



QUOTE
Veteran actor Harada dies at 71


TOKYO (Kyodo) -- Veteran actor Yoshio Harada 原田 芳雄 died of pneumonia at a Tokyo hospital Tuesday, his family said. He was 71.

Known for his outlaw-like character, Harada, a Tokyo native, starred in many films and TV dramas, including "Ryoma Ansatsu" (1974), "Zigeunerweisien" (1980), "Utsukushii Natsu Kirishima" (2002) and "Chichi to Kuraseba" (2004).

After undergoing surgery in 2008 for bowel cancer, Harada continued to perform as an actor and his last film, "Oshikamura Sodo-Ki" (Records of Turmoil at Oshika Village), was released nationwide Saturday. On July 11, he attended its premier at a Tokyo movie theater.

Harada won many movie awards and received the Medal with Purple Ribbon in 2003.

(Mainichi Japan) July 19, 2011








Image attachée
Image attachée


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
lanjingling
Ecrit le : Lundi 09 Janvier 2012 02h36
Quote Post


Monkey king
***

Groupe : Membres
Messages : 796
Membre n° : 277
Inscrit le : 03/07/2005

Dragon



En voila un film prometteur unedent.gif Qui promet pour le moins de ne jamias etre distribue ni en France ni en Chine, mais pas pour les memes raisons; va etre difficile a voir sur grand ecran kar.gif
PMEmail Poster
Top
manolo
Ecrit le : Lundi 09 Janvier 2012 18h34
Quote Post


Superstar
****

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 2057
Membre n° : 3084
Inscrit le : 29/05/2007

Dragon



Il doit bien rester un petit creneau de libre dans la programation du prochain festival Pariscinema... wink.gif


--------------------
PMEmail Poster
Top
china
Ecrit le : Mardi 17 Janvier 2012 12h18
Quote Post


Super Inframan
***

Groupe : Membres
Messages : 1248
Membre n° : 467
Inscrit le : 28/06/2006

Dragon



Le cinéma japonais contemporain (livre)

Je vous invite à la lecture du nouvel ouvrage des éditions écrans blush.gif sur le cinéma japonais contemporain (+ d'infos ici) qui est un des rares bouquins à donner un point de vue général par des thématiques particulières.

Deuxième livre de la collection écrans d'asie(souvenez-vous le mag en ligne, puis papier dans de trop rares lieux de vente), Le cinéma japonais contemporain propose un voyage auprès des différents talents et longs métrages qui ont marqué la cinématographie du pays au soleil levant depuis les années 1990 jusqu'à aujourd'hui.

En effet, que connait-on réellement de ce septième art si ce n'est quelques noms célèbres comme Takeshi Kitano ou Naomi Kawase ?

Ainsi, cet ouvrage esquisse les contours d'un cinéma aux multiples visages, d'une richesse et d'une force exceptionnelles, dont les fondamentaux ont été remis en question à l'aune d'une nouvelle génération de cinéastes et, depuis peu, à la suite de évènements catastrophiques de Fukushima...

22 € - tout en couleurs - 148p. disponible en librairie depuis le 15/16 janvier 2012 (et dispo sur le site des éditions écrans - 22 € fdp compris).

user posted image

user posted image


--------------------
I ♥ CHINA
PMEmail Poster
Top
ah_thomas
Ecrit le : Mardi 17 Janvier 2012 21h16
Quote Post


HK film expert
******

Groupe : Administrateurs
Messages : 6914
Membre n° : 2
Inscrit le : 24/04/2004

Dragon



Bravo icon13.gif et belles photos.
Tu peux même créer un topic pour ce livre à lui tout seul dans la section livre du forum.


--------------------
PMEmail PosterUsers Website
Top
Siu Keung
Ecrit le : Mardi 17 Janvier 2012 23h33
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Membres
Messages : 591
Membre n° : 7459
Inscrit le : 29/03/2008

Dragon



Toujours pas acheté le bouquin, mais je compte bien le faire.

Juste pour info, en quoi il se distingue du Midnight Eye Guide to New Japanese Film de Jasper Sharp et Tom Mes et du Contemporary Japanese Film de Mark Schilling ?


--------------------
ex Jubei Yagyu.
PMEmail Poster
Top
china
Ecrit le : Vendredi 20 Janvier 2012 16h42
Quote Post


Super Inframan
***

Groupe : Membres
Messages : 1248
Membre n° : 467
Inscrit le : 28/06/2006

Dragon



QUOTE (Siu Keung @ Mardi 17 Janvier 2012 23h33)
Toujours pas acheté le bouquin, mais je compte bien le faire.

Juste pour info, en quoi il se distingue du Midnight Eye Guide to New Japanese Film de Jasper Sharp et Tom Mes et du Contemporary Japanese Film de Mark Schilling ?

En plusieurs points :

- Il est en français punk.gif dehors.gif

- Chapitrés en thématiques : wub.gif

Premier chapitre
Mort et vif : le cinéma d'horreur et d'épouvante japonais
Bastian MEIRESONNE

Deuxième chapitre
La nature à l'écran
Benjamin THOMAS

Troisième chapitre
Femmes de lumière : regards sur le cinéma japonais
Tom MES et Damien PACCELLIERI

Quatrième chapitre
Rires et compagnie : la douce folie des comédies
Morgan BREHINIER

Cinquième chapitre
La petite lucarne : des séries télévisées au septième art
Nolwenn LE MINEZ

Sixième chapitre
La société japonaise en quelques maux
Damien PACCELLIERI

Entretien
Dix questions à AOYAMA Shinji
Damien PACCELLIERI

Septième chapitre
Bilan et perspectives
Damien PACCELLIERI

- Le livre Midnight Eye est un condensé de portraits de réalisateurs, de critiques de films, d'informations sur les sorties DVD. En définitive, un guide comme le titre du livre l'indique. Nous n'avons pas fait un référentiel, mais plutôt croisé l'analyse de plusieurs auteurs sur des sujets de fonds pour caractériser le cinéma japonais contemporain.

-Idem pour le livre de Mark Shilling qui est plutôt un recueil de critiques (400) + qqes interviews.


--------------------
I ♥ CHINA
PMEmail Poster
Top
manolo
Ecrit le : Samedi 21 Janvier 2012 12h35
Quote Post


Superstar
****

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 2057
Membre n° : 3084
Inscrit le : 29/05/2007

Dragon



J'aime bien le chapitrage thématique permettant d'attaquer directement la partie qui nous attire le plus. icon13.gif L'inconvénient c'est qu'on laisse certains passages du livre au rencard. C'est le cas pour moi avec le livre "Les actrices chinoises" et je ne suis pas le seul à ne pas savoir quand j'en terminerai la lecture. ph34r.gif


--------------------
PMEmail Poster
Top
Siu Keung
Ecrit le : Lundi 23 Janvier 2012 11h28
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Membres
Messages : 591
Membre n° : 7459
Inscrit le : 29/03/2008

Dragon



Merci pour ta réponse Damien wink.gif

Et franchement Manolo, t'abuses ! Le bouquin se lis en un aprem'


--------------------
ex Jubei Yagyu.
PMEmail Poster
Top
TsuiHark
Ecrit le : Jeudi 02 Février 2012 16h27
Quote Post


Second rôle
**

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 417
Membre n° : 14487
Inscrit le : 28/10/2010

Dragon



Pour ceux que ça intéresse, il y a une retro Kenji Misumi et Tai Katô à la Maison de la Culture du Japon jusqu'au 18 février. Profitez-en, certains films sont inédits et c'est bientot fini ....

http://www.mcjp.fr/francais/cinema/les-mai...age-d-or-du-433

PS: Je sais qu'il est sorti en DVD, mais je vous le conseille quand même : Tuer de Misumi : une merveille ! Si vous devez n'en voir qu'un ....

Image attachée
Image attachée
PMEmail Poster
Top
P'tit Panda
Ecrit le : Jeudi 18 Octobre 2012 00h14
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



Décès du cinéaste japonais agitateur politique Kōji Wakamatsu 若松 孝二.

Né en 1936, Wakamatsu était un jeune à la dérive, avant de devenir cinéaste : c'était en tant que membre de yakuza affecté à la sécurité des tournages de films qu'il découvrit le monde du cinéma.
Petit à petit, il a fini par passer derrière la caméra pour réaliser des films érotiques.

Pour quelqu'un qui n'avait pas fait d'études de cinéma, Koji Wakamatsu s'était révélé dès son 1er film "Quand l'embryon part braconner" (1966) un grand formaliste, maîtrisant très bien la technique, ayant un sens formidable de la mise en scène, du récit.

L'oeuvre de Wakamatsu était souvent sous influence politique.
L'homme était connu pour sa sympathie envers les mouvements d'extrême gauche - chose étonnante pour un ancien yakuza. Il était aussi pro-palestinien.

Bien que contemporain de Oshima (pour qui il avait coproduit "L'Empire des sens" ) et Imamura, Wakamatsu a connu une reconnaissance assez tardive à l'étranger, peut-être parce qu'il était resté dans un cinéma d'exploitation (le film érotique, eiga pinku...) longtemps ignoré et méprisé à l'étranger...

Sa "consécration" en France eut lieu ces dernières années, avec les sorties cinéma de "Quand l'embryon part braconner", "United Red Army", "Soldat Dieu"...

Il y a 2 ans, la Cinémathèque française lui avait rendu hommage.

Son dernier film "Le Jour où Mishima a choisi son destin", consacré à l'aventure politique de l'écrivain aux idées nationalistes, a été présenté à Cannes cette année et sortira prochainement au cinéma.

Koji Wakamatsu est décédé le 17 octobre, renversé par un taxi à Tokyo..

RIP


Quand l'embryon part braconner


United Red Army


Le Jour où Mishima a choisi son destin


Image attachée
Image attachée


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
P'tit Panda
Ecrit le : Mercredi 16 Janvier 2013 01h45
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



Décès du cinéaste japonais Nagisa Oshima 大島 渚 (1932 - 2013 )

RIP goutte.gif


QUOTE
Nagisa Oshima : l'homme en colère du cinéma japonais
Le Monde.fr | 15.01.2013 à 15h36 • Mis à jour le 15.01.2013 à 16h52
Par Thomas Sotinel


Réalisateur de L'Empire des sens, qui déclencha un scandale mondial en 1976, de Furyo, qui donna en 1983 son plus beau rôle de cinéma à David Bowie et, plus tôt de Contes cruels de la jeunesse (1960), qui fit de lui le fer de lance de l'avant-garde cinématographique japonaise, Nagisa Oshima est mort, le 15 janvier, d'une pneumonie, dans un hôpital des environs de Tokyo. Il avait 80 ans.
Enfant de la guerre – il est né le 31 mars 1932 –, Nagisa Oshima entre en 1956 à la Shochiku, l'un des grands studios japonais, "par hasard", de son propre aveu, "sans envie particulière de faire du cinéma". Toute sa carrière sera pourtant marquée au sceau du désir.

En 1960, Contes cruels de la jeunesse, qui dépeint quelques personnages à la dérive dans un Japon reconstruit, quasi-amnésique, fait croire à l'apparition d'une Nouvelle Vague japonaise, ce qu'Oshima réfute avec véhémence. Il est trop indépendant pour se réclamer d'une quelconque affiliation.

En 1961, alors que le pays est parcouru d'une effervescence politique qui débouche parfois sur la violence, il réalise Nuit et brouillard au Japon, directement inspiré du bouillonnement du milieu étudiant. La Shochiku refuse de distribuer le film, Oshima démissionne du studio – un geste d'une grande violence dans le Japon de l'époque – et poursuit, en dehors de toute structure, son chemin singulier.

Il faudra attendre la décennie 1970 pour que la France et l'Europe découvrent vraiment Oshima. En attendant, le jeune réalisateur enchaîne des films durs, désespérés, lucides, qui prennent de front les angoisses et les fantasmes du Japon contemporain. Les Plaisirs de la chair (1965) analyse froidement, en noir et blanc, la décomposition des valeurs familiales et patriarcales, Pendaison (1968) est une charge contre la peine de mort.

Parallèlement, Oshima réalise des documentaires pour la télévision, filmant l'Asie déchirée par le conflit indochinois, secouée par le maoïsme.  En 1970, La Cérémonie poursuit cette œuvre de remise en cause radicale, sous couvert d'une chronique familiale.

Cinq ans plus tard, Nagisa Oshima entreprend un film, L'Empire des sens, inspiré d'un fait divers célèbre des années 1930. L'histoire de Sada Abe, la servante qui castra et tua son patron et amant, devient devant sa caméra un rituel érotique d'une rigueur implacable. Présenté au Festival de Cannes, le film déclenche les foudres des censeurs à travers le monde. Il n'y a qu'en France qu'il peut profiter de sa réputation sulfureuse sans entraves. De Bruxelles à New York, le film est interdit. Au Japon, il n'a jamais été exploité dans sa version intégrale.

L'Empire des sens a été produit par le Français Anatole Dauman, une collaboration qui se poursuivra avec L'Empire de la passion (1978). Cinq ans plus tard, c'est avec un Britannique, Jeremy Thomas, que Nagisa Oshima s'acoquine, pour Furyo (1983), signe de l'affaiblissement industriel du cinéma japonais. Récit de l'affrontement entre deux officiers, un geôlier japonais et un prisonnier britannique, incarnés par deux rock stars (Ryuichi Sakamoto et David Bowie), avec dans le rôle d'un sergent brutal, le jeune Takeshi Kitano, Furyo est un succès international. Ce sera le premier et le dernier pour Nagisa Oshima.

En 1986, il fait équipe avec deux anciens collaborateurs de Buñuel, le scénariste Jean-Claude Carrière et le producteur Serge Silberman, pour Max mon amour, qui dépeint les amours d'une bourgeoise parisienne (Charlotte Rampling) et d'un chimpanzé. Le film est un échec commercial, dont le cinéaste ne se remettra jamais tout à fait. Il ne parvient pas à mettre en chantier son grand projet, Hollywood Zen, une biographie de l'acteur américano-japonais Sessue Hayakawa et en 1996, il est victime d'un accident vasculaire cérébral qui le contraint à se déplacer en chaise roulante.

Il parvient toutefois à réaliser Tabou, présenté au Festival de Cannes en 2000. Il aborde de front le thème de l'homosexualité, en mettant en scène un groupe de samouraïs à la veille de l'ère Meiji. Ce sera son dernier long-métrage. Nagisa Oshima apparaissait fréquemment sur les écrans de télévision. Il laisse également de nombreux écrits. Un recueil avait été publié par les éditions des Cahiers du cinéma.

Thomas Sotinel




QUOTE
La jeunesse séditieuse du cinéaste Nagisa Oshima

LE MONDE | 03.07.2008 à 16h46 • Mis à jour le 15.01.2013 à 15h33

Par Jacques Mandelbaum


Le jour n'est sans doute pas encore venu où le nom de Nagisa Oshima cessera d'être réduit, comme une tête Jivaro, au seul Empire des sens (1976), film il est vrai sulfureux. Par un phénomène mystérieux, certains cinéastes voient ainsi leur opus le plus célèbre barrer la route à une connaissance approfondie de leur oeuvre. C'est le cas du Japonais Oshima, qui compte plus de vingt longs métrages à son actif. Ne serait-ce que pour cette raison, l'édition de cinq titres de jeunesse est une excellente nouvelle.
Les quatre premiers - Une ville d'amour et d'espoir (1959), Contes cruels de la jeunesse (1960), L'Enterrement du soleil (1960), Nuit et brouillard au Japon (1960) - sont réalisés dans le cadre des augustes studios Shochiku et sonnent, par leur virulence, les débuts en fanfare de la Nouvelle Vague nippone. Le cinquième, Les Plaisirs de la chair (1965), est produit par la société qu'Oshima a créée à la suite de sa démission de la Shochiku et consomme sa rupture avec un système cinématographique, mais aussi avec un modèle de société, que ses films n'ont cessé de stigmatiser.

Les quatre premiers films, réalisés par un cinéaste qui n'a pas 30 ans, montrent la face sombre d'une société exaltée par le miracle économique. Un adolescent fait survivre sa famille par des expédients (Une ville d'amour et d'espoir), un jeune couple subit la déchéance morale et physique d'un milieu qui l'entraîne vers le bas (Contes cruels de la jeunesse), le petit peuple des bas-fonds d'Osaka s'entre-dévore dans la turpitude et le désespoir (L'Enterrement du soleil), des étudiants se déchirent lors d'un mariage incarnant l'espoir révolutionnaire déchu (Nuit et brouillard au Japon). Les Plaisirs de la chair, histoire d'un assassin amoureux qui verse par dépit dans la débauche et le nihilisme, inaugure enfin le motif du désir sexuel comme instrument de transgression politique.

Ces films, qui annoncent les expérimentations radicales auxquelles va se livrer Oshima par la suite, mettent en place une esthétique instable qui se veut à la fois la chronique sociale du Japon d'après guerre et l'expression d'une singularité sans concession.

Peu de cinéastes auront ainsi constitué en système le rejet absolu d'une structure, la haine de l'autorité et l'exécration des pères, au profit de l'exaltation du moi et du primat de la pulsion créatrice. Des suppléments passionnants permettront, en outre, de mieux situer cette personnalité unique dans le contexte social et artistique de l'époque.



Contes cruels de la jeunesse (1960)


Nuit et brouillard au Japon (1960)


Les plaisirs de la chair (1965)


L'obsédé en plein jour (1966)


Carnets secrets des Ninjas (1967)


La pendaison (1968)


L'empire des sens (1976)


L'empire de la passion (1978)


Furyo (1983)


Max mon amour (1986)











Image attachée
Image attachée


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
Pages : (2) 1 [2] 
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

« Sujets + anciens | Le reste de l'Asie | Sujets + récents »

Topic OptionsReply to this topicStart new topicStart Poll