Bienvenue invité ( Connexion | Inscription ) Recevoir à nouveau l'email de validation  

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Luantan Ascent, le rock à contre-courant
Suivre ce sujet | Envoyer ce sujet | Imprimer ce sujet
 
P'tit Panda
Ecrit le : Lundi 05 Juin 2006 15h04
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



MUSIQUE

Luantan ascent : le rock à contre-courant


Stéphane Ferrero



>> On connaît la mandopop, mais beaucoup moins le rock taiwanais. Luantan Ascent est l'une de ses étoiles


user posted image
Le chanteur Luantan Ascent.

Les Taiwanais sont particulièrement réputés dans le monde chinois de la musique populaire. Si vous allez en Chine, à Hongkong ou à Singapour, vous entendrez inévitablement les voix de Jay Chou ou d'A-Mei, deux stars de la mandopop insulaire. Pourtant, depuis plus d'une décennie maintenant, Taiwan est aussi le berceau d'autres courants musicaux, et parmi ceux-ci, le rock détient une place de choix.

Le rock taiwanais s'est véritablement développé à partir de la fin des années 80, lorsque la loi martiale a été levée. Un vent de liberté a alors soufflé sur l'île, permettant à de nombreux artistes de s'exprimer à leur guise, dans la langue de leur choix. C'est dans ce contexte que le groupe Wu Bai & China Blue est devenu la référence du rock taiwanais et en langue taiwanaise, parvenant à intégrer des mélodies purement insulaires à une musique originaire des Etats-Unis. Dans le sillage de Wu Bai, surnommé « le roi de la musique live », d'autres groupes et artistes ont fait leur apparition. Ils sont aujourd'hui arrivés à une certaine maturité musicale et contribuent à faire apprécier le rock dans le grand public.

A 35 ans et avec déjà une longue carrière musicale derrière lui, Ascent est l'un des leaders de ce mouvement. Les cheveux tombant sur les épaules, le jean délavé, il est l'archétype du rocker. Mais ce sont sa maîtrise de la guitare, la poésie des textes qu'il compose et sa voix unique, presque animale, qui ont fait sa popularité. Bien qu'Ascent ne soit pas très médiatisé, le bouche-à-oreille fonctionne extrêmement bien et chacun des ses concerts fait salle comble.

user posted image
Le rocker sur scène.


Les chemins de la gloire
Ascent est né dans la région d'Ilan, sur la côte est de Tai wan. Comme de nombreux musiciens, c'est au lycée qu'il se met à jouer de la guitare. La loi martiale vient tout juste d'être levée, et, en dehors de la capitale, il est alors encore difficile de se procurer des albums étrangers, des instruments ou des lieux pour répéter. « Alors j'ai travaillé, et je me suis rendu à Taipei pour acheter ma première guitare électrique. A mon retour, j'ai formé un groupe avec des camarades de classe », se souvient Ascent. Le groupe prendra par la suite le nom de Luantan, un clin d'œil à l'opéra chinois traditionnel du même nom. Les répétitions se déroulent dans une maison chinoise à cour carrée, transformée pour l'occasion en studio d'enregistrement. « Aux alentours, il n'y avait que des rizières, et donc nous ne dérangions personne. Au départ, nous faisions des reprises de chansons connues, que nous ne parvenions pas à interpréter correctement. Nous n'avions pas le niveau ! Alors, nous avons décidé d'interpréter nos propres chansons. Cela a duré quatre ans », raconte-t-il, nostalgique. En parallèle, Ascent, qui a quitté l'école, fait ses armes en tant que chanteur. Sur scène dans un pub de Taichung, il reprend des tubes taiwanais. « J'ai fait ça pendant deux années, mais cela n'avait aucun intérêt parce que je ne pouvais pas m'exprimer réellement, je n'avais pas la possibilité de chanter mes propres compositions. »


Les textes d'Ascent évoquent la vie quotidienne. Ci-dessous, deux pochettes d'albums.
user posted image
user posted image

Ascent doit de toute façon mettre ses activités musicales entre parenthèses pendant deux ans, le temps du service militaire, qui est vécu par de nombreux groupes de musique taiwanais comme une véritable épreuve. A son retour, il s'installe à Taipei, et les membres de son groupe le rejoignent. Sa vie est alors faite de petits boulots et de répétitions. Car désormais, Luantan veut percer sur la scène rock de la capitale.

Et c'est bien ce qui se produit en 1996. A la fin de cette année-là, le groupe Luantan participe à un concours destiné aux jeunes talents, organisé au Live-a-Gogo, une discothèque tenue par Wu Bai. « Lorsque nous sommes arrivés, tout le monde pensait que nous venions de Chine parce que nous avions tous les cheveux longs. A ce moment-là, à Taiwan, la mode était plutôt aux cheveux courts... Après notre prestation, Wu Bai nous a présentés à la maison de disques BMG. Et l'année suivante, en 1997, nous avons sorti notre premier album », explique Ascent. Wu Bai, alors en pleine ascension, a remarqué le groupe Luantan et surtout son leader, Ascent, et ses mélodies qui se démarquent de ce qui se fait à Taiwan à l'époque. C'est le début d'une carrière prometteuse. Après la sortie de son premier album, Hope, Luantan est consacré meilleur groupe de l'année 1998 aux Golden Melody Awards, l'équivalent des Victoires de la musique en France. La même récompense lui est attribuée en l'an 2000 après la parution du second album intitulé tout simplement Luantan.


Un artiste en quête d'indépendance
A cette époque, Luantan est omniprésent dans le paysage musical taiwanais, enchaînant les vidéoclips et apparaissant régulièrement à la télévision aux heures de grande écoute. Pourtant, Ascent n'est pas satisfait. Les querelles avec les autres membres du groupe et l'attitude de la maison de disques le poussent de plus en plus à travailler seul. « Il y a eu quelques frictions. Nous voulions tous aller dans des directions différentes. Et puis, les maisons de disques ont une attitude que je comprends difficilement. A partir du moment où un artiste a du succès, elles préfèrent investir sur l'image, sur l'aspect extérieur, plutôt que sur la musique. » Le chanteur ne supporte plus qu'on lui demande de « corriger » ses compositions pour qu'elles soient plus « vendables ».

C'est ainsi qu'en 2002, la rupture est consommée. Ascent décide de faire cavalier seul. Le groupe une fois dissous, il prend comme nom de scène « Luantan Ascent ». Dans la foulée, il change de label. Wind, son premier album solo, voit bientôt le jour. L'année suivante, il va plus loin en créant sa propre société de production, Chockablock. C'est sous ce label qu'est sorti, en 2004, l'album The Recent Me , qui est entièrement chanté en taiwanais.

Mais l'indépendance a un prix. Etre signé par un grand label présente des avantages, notamment en termes de visibilité. Les grandes maisons de disques ont de larges réseaux de distribution. C'est grâce à elles que les albums se retrouvent dans les bacs d'enseignes comme Eslite, Rose Record ou la Fnac. Ce sont elles également qui assurent toutes les phases du marketing, et leurs connexions avec les médias permettent la diffusion la plus large possible. En choisissant de monter son propre label, Ascent a dû se rabattre sur les circuits parallèles. Désormais, ses disques ne sont plus disponibles que sur certains sites Internet et dans quelques magasins spécialisés dans les groupes et chanteurs indépendants. Tout le travail de promotion et de vente se fait en famille et grâce au soutien de quelques amis. Cela va du site Internet de Chockablock au design de tee-shirts, en passant par la vente des CD lors des concerts ou la réalisation de ses clips vidéo.


Il a dessiné lui-même son studio d'enregistrement.
user posted image


Reconnu par le public comme par les professionnels
Même si Ascent est à la tête d'une minuscule structure, cela n'empêche pas le public de répondre présent lors de la sortie de ses albums ou à l'occasion des concerts qu'il donne régulièrement à travers l'île. Il est certain que la réputation dont bénéficiait le groupe Luantan originel n'y est pas étrangère. C'est d'ailleurs pour que ce public puisse continuer à l'identifier parfaitement qu'Ascent a choisi pour nom de scène Luantan Ascent.

Plusieurs éléments contribuent à son succès. Il y a tout d'abord les thèmes qui sont abordés par le chanteur. Dans ses chansons, il évoque l'amour bien sûr, mais pas seulement. Ses textes expriment des sentiments proches des préoccupations du public taiwanais. La nostalgie de son enfance parle à ses fans, car à Taiwan, la majorité de la population est encore issue du monde rural et ce n'est finalement que récemment, avec le formidable développement économique des deux dernières décennies, que les Taiwanais se sont véritablement urbanisés. D'une manière générale, les textes d'Ascent évoquent ses expériences personnelles et ses déboires au quotidien.

Les musiques, qu'il compose d'abord sur sa guitare acoustique, ont suivi une évolution. Les rythmes saccadés se sont peu à peu adoucis. Les saturations des guitares ont fait place à des sonorités plus travaillées et plus complexes. Dès le début, Ascent a su « taiwaniser » ses ambiances mu sicales. « Lorsque je faisais mon service militaire, je me demandais déjà comment faire en sorte que ma musique ne ressemble pas à celle des autres. Tout le monde utilise les mêmes instruments, que ce soit la guitare électrique, la basse ou la batterie. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à intégrer des gammes qui sont propres à la musique taiwanaise et au nanguan [NDLR : un style musical traditionnel originaire de la province chinoise du Fujian]. Et c'est cela qui apporte une ambiance particulière à mes mélodies », explique Ascent.

Mais son atout majeur reste sa voix. Une voix puissante, profonde, dégageant une énergie venant du fond de l'âme, et qui prend toute sa dimension sur scène.

Si Luantan Ascent captive un public de plus en plus large, il est aussi très sollicité par d'autres artistes. C'est ainsi qu'il collabore régulièrement à des projets musicaux, que ce soit en tant qu'auteur compositeur, que producteur ou que musicien de studio. Le cinéma s'intéresse également à lui. Le réalisateur Wang Ming-tai lui a confié la réalisation des bandes originales de ses deux films, Brave 20 , en 2002, et Falling ... in Love qui est sorti sur les écrans à la fin de l'année 2005. Faisant l'acteur à l'occasion et ayant interprété son propre personnage dans Brave 20, Ascent est aujourd'hui également courtisé par une chaîne de télévision pour tourner dans une série. Mais la priorité reste pour lui la musique, une passion qu'il vit au quotidien, chez lui, entouré d'une dizaine de guitares et à proximité de son studio d'enregistrement qu'il a lui-même dessiné et réalisé à l'intérieur de son appartement. Et c'est justement dans ce studio qu'Ascent travaille actuellement à la composition de son prochain album, qui sera en manda rin et visera cette fois-ci aussi le grand marché chinois.

Après avoir goûté au succès médiatique avec Luantan, le chanteur a connu une période de doute. Une transition difficile mais qui reste le passage obligé pour un artiste complet, bien décidé à ne pas suivre les sentiers battus. Aujourd'hui, il fait son retour sur le devant de la scène, sans compromis.





Luantan ascent en dates

1970 Naissance d'Ascent.
1996 Création officielle du groupe Luantan.
1998 Golden Melody Award du meilleur groupe taiwanais.
2000 Golden Melody Award du meilleur groupe taiwanais.
2003 Création du label Chockablock.
2005 Luantan Ascent nominé pour l'album
The Recent Me aux 16es Golden
Globe Awards dans les catégories
Meilleur album taiwanais et Meilleur chanteur de langue taiwanaise.
La musique du film Falling... in Love
est sélectionnée pour la 42e édition des
Golden Horse Awards dans la catégorie
meilleure bande originale de film.


Où trouver les albums de Luantan Ascent ?
Sur le site officiel de Luantan Ascent (www. chockablock.com.tw ) où des chansons et des vidéos sont télé-chargeables gratuitement. L'album The Recent Me est également disponible en France à la librairie Phénix, à Paris, et sur le site www.ilhaformosa.org.

user posted image


in "Taiwan Aujourd'hui", avril 2006


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
Ktee
Ecrit le : Mercredi 07 Juin 2006 21h37
Quote Post


Piplette
**

Groupe : Membres
Messages : 263
Membre n° : 377
Inscrit le : 16/01/2006

Phoenix



tu connais ? t'y es allé sur son site? car je t'avoue que j'y suis allée mais avec mon internet à bas débit plus le fait que c'est ecrit en chinois j'ai rien pu entendre ! confused.gif
donc si t'as un avis à donner , je suis preneuse !!
wink.gif wink.gif


--------------------
Le grave est racine du léger, le calme est maître du mouvement.
PMEmail Poster
Top
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

« Sujets + anciens | Musique et BOF | Sujets + récents »

Topic OptionsReply to this topicStart new topicStart Poll