Bienvenue invité ( Connexion | Inscription ) Recevoir à nouveau l'email de validation  

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Fantasia 2013, Information et Blog
Suivre ce sujet | Envoyer ce sujet | Imprimer ce sujet
Pages : (2) [1] 2  ( Aller vers premier message non lu )
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Lundi 03 Juin 2013 16h39
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Cette année le Festival Fantasia de Montréal se déroulera du 18 Juillet au 6 Aout. À cause des travaux de rénovation au théatre Hall Corcordia la salle de projection principale sera déplacé cette année au Cinéma Impériale, l'endroit ou s'est déroulé le Festival pendant les six première années de son existance. Les autres salle de cinéma de Fantasia demeure les mêem la Cinémathèque Québécoise et le Théatre J'A Desève de Concordia. La bonne nouvelle avec ce changement de salle c'est que le Fantasia se déroulera dans une des plus belle salle de cinéma de Montréal, la mauvaise est que Le cinéma Impérial et le théatre de Sève sont a une certaines distance l'une de l'autre. (soit 15/20 Mn de marche, bien qu'il y est également un métro a proximité).

user posted image


L'affiche de cette année a également été présenté. Le cheval noir mascotte du festival y fait naturellement un retour. L'affiche est dédié a Michael Ryan critique et organisateur d'évenement cinématographique qui a proposé le concept quelques temps avant son propre décès.

user posted image


Un mot sur la troiseme partie du dossier Fantasia 2012. denisot25ux.jpg de vous faire tous attendre mais je suis retardé par un retour au étude, un déménagement, un emploi sur appel et par le visionnement de nombreux autres films de fantasia que je n'ai pas vue au Festival. Toutefois tout devrait être finalisé d'ici
quelque semaines. Vue mon retrour au étude, je n'aurait probablement plus le temps à consacré pour un dossier Fantasia 2013 final, mais je compte quand même couvrir l'évemement sur le forum de h-k cinémagic.

À suivre.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Dimanche 09 Juin 2013 04h13
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia 2013 présente PROJET DJANGO

user posted image

PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Mardi 02 Juillet 2013 02h41
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Dernière info sur Fantasia

Plus d'infos dans liens ci-dessous: Fantasia annonce ces premiers films (français)

Twitch (anglais)

A date le seul film hongkongais annoncer est Ip Man The Final Fight avec Anthony Wong et Eric Tsang qui s'affronte au kung-fu (non le film n'est pas une comédie).


Le festival est prévu du 18 Juillet au 6 Aout.

PMEmail Poster
Top
Jean-Louis
Ecrit le : Lundi 08 Juillet 2013 15h14
Quote Post


HK film expert
******

Groupe : Administrateurs
Messages : 7729
Membre n° : 3
Inscrit le : 27/04/2004

Dragon



En attendant Fantasia 2013, Yves nous parle enfin des films asiatiques non chinois et non martiaux vus durant l'édition 2012.

La première page (10) est centrée sur les films nippons alors que les suivantes porteront sur la rétrospective Nikkatsu de même que les productions venant de Corée du Sud, d'Inde et bien sûr les longs métrages d'animation.

http://www.hkcinemagic.com/fr/page.asp?aid=371&page=10

Bonne lecture à toutes et à tous


--------------------
Administrateur du forum hkcinemagic.com
Responsable Base de données et co-webmaster du HKCinemagic.com
Database Responsable and co-webmaster of HKCinemagic.com
PMEmail PosterUsers WebsiteMSN
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Mercredi 10 Juillet 2013 05h25
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Le festival Fantasia 2013 ouvre son site et révèle son programme.

Fantasia 2013

QUOTE
FANTASIA EST DE RETOUR AVEC UNE PRESTIGIEUSE 17e  ÉDITION!

Fantasia célébrera ce juillet 2013 son 17e anniversaire. Depuis sa fondation en 1996, le Festival international de films Fantasia est maintenant reconnu comme le plus grand et plus influent festival de sa catégorie en Amérique du Nord, une référence majeure sur la scène internationale du cinéma de genre et l’un des événements cinématographiques les plus courus au pays. Les résultats de l’édition 2012 sont éloquents : 109 000 festivaliers, plus de 850 accréditations industrie (réalisateurs, producteurs, acheteurs, programmateurs et journalistes); plus de 317 accréditations médias et une proportion de 16 % de touristes et excursionnistes. Cette année, Fantasia présentera un nombre impressionnant de plus de 120 longs métrages et plus de 250 courts métrages.


Cette année le Festival ne compte pas beaucoup de film made in hong-kong. Les principaux sont le dernier Johnny To:Drug War , un nouveau Wong Jing avec Chow Yun Fat The Last Tycoon, le dernier Ronny Yu Saving General Yang et un nouveau film de la saga Ip Man Ip Man The Final Fight. À noté que le co-producteur/co scénariste du film; Checkley Sin en plus d'être un disciple Wing Chung de Ip Chun le fils de Ip Man est également un disciple hung-gar de Maitre Lau Kar Leung tout juste décédé.

Tout comme l'année passé le film d'ouverture est une production du cinéaste culte par excellence Takashi Miike:Shield of Straw. Le film présentera également un autre de ces films Lesson of the Evil de même que les dernière oeuvres d'autres cinéaste culte comme Sion Sono: Bad Film, Hideo Nakata:The Complex et Takashi Ishi Hello My Dolly Girlfriend.

Parmi les autre production du Japon il y des adapation live de Gatchaman aka la Bataille des Planètes, de même que les séries manga Rurouni Kenshin etCyborg 009. La trilogie Berserk entammé l'années passé est également achevé avec la présentation de Berserk Golden age II:The Battle for Doldrey et Berserk Golden Age III:Descent. Finalement il y a également Evangelion 3.0.


Parmi les autres faits saillants internationaux du festival il y aura:

-The World's End de Edgar Wright qui retrouve ces acteurs fétiche; Simon Pegg et Nick Frost le trio de Shawn of the dead.
-Un prix d'excellence au cinéaste Andrzej Zulwaski
-Une Soirée avec Bryan Singer
-La présentation d'une trilogie théatrale de Clive Barker: History of the Devil .
-Le dernier film du cinéaste derrière la série des Saw; James Wan; The Conjuring
-La première mondiale du dernier Chucky Curse of Chucky.

De même que Project Django; un hommage au western spagetti,la présentation de films comiques muet en plein air avec orchestre live et la présentation d'oeuvres cultes au doublage insolite.

Comme cette année je n'ai pas obtenue de vacances coincidant avec le festival je ne pourrais pas voir autant de films que je voudrais. Toutefois je compte bien en voir au moins une vingtaine et rapporté des contrerendu le plus souvent possible sur le forum du site.

À la prochaine donc.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Dimanche 14 Juillet 2013 20h50
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Jeudi 18 Juillet 2013 00h39
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Le Festival Fantasia 2013 commence aujourd’hui.


Le film d’ouverture est comme l’année passé une oeuvre de Takashi Miiki;Shield of Straw. J’avais l’intention de m’y rendre mais malheureusement un empechement de derniere minute m'est tombé dessus. avec de la chance toutefois le film passera en reprise.

Les polars policier/criminel vont marquer les premières journée de Fantasia puisque mit a part Shield, il y aura également l’autre film de Miike Lessons of the Evil , (récits d’un enseignant psychopathe), Key of Life (ou un acteur et un teur a gage échange d’identité), Drug War de Johnny Too (ou un parrain de la drogue doit choisir entre trahir ou mourir), Confession of Murder , (ou un tueur en série trouve la célébrité en écrivant un best seller), et Grand Heist décrit comme un fim a la Ocean's Eleven mais dans un contexte historique coréen.

Mit a part ces polars, Fantasia présentera également au cour du week end; une adapation live du manga culte Rurouni Kenshin, de même que le troisième film Evangelion , Un documentaire sur le tranvestie culte Divine et une série de films d’horreur au titres évocateur; The Conjuring, Hell Baby Frankenstein's Army et V/H/S 2

Pour ma part le film que j’attend avec le plus d’impatience et le film martial Ip Man The Final Fight avec Antony Wong dans le rôle titre.
Je compte essayé de voir une demi-douzaine de titres au cours de cette période. Presque aucun des polars, malheureusement, sauf celui de Johnny To et j’envoyerais mes premiers contrerendus au début de la semaine prochaine. En attendant je communiquerais également des liens d’infos interessant au fur et a mesure que je les découvrirais.

Pour d'autres infos sur le Festival et les films qu'il présente au cours du week end voir ici

Bonne fin de semaine et pour ceux qui se rende a Fantasia;bon cinéma.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Vendredi 26 Juillet 2013 17h43
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia 2013: Semaine du 21 Juillet première partie.

Mardi le 23 était la journée du cinéma d'action ludique avec d'une part Bounty Killer un film bi bien sanglant et Son of Sardar un action-musical bollywoodiens. Pas grand chose a dire sur ce dernier film un autre bel exemple d'extravagance kitch typiqument indien matiner d'humour, de numéros musicaux et de vedettes charismatique que j'ai trouvé un brin long. Bounty Killer m'aura plu bien davantage.

Adaptant une BD combinant les classique Mad Max II Mad Max 2 et Death RAce 2000 Death Race 2000 Bounty Killers voit des chasseurs de prime se mètrent au trousse des responsables du dernier apocalypse; les riches financiers capitalistes qu'ils tuent à coup de pistolets, mitrailleuses machettes etc. Bien que juste superficiellement subversif et plus qu'un brin dérivatif, Bounty Killer n'en demeure pas moins un divertissement superbement enlever à travers sa douzaines de scènes de carnage bien gore, un humour noir constant et un casting coloré maculer la moitié du temps de syro rouge-sang. La salle a adoré. Ceci dit je ne suis pas sur que des survivants des massacres d'Aurora, de Sandy Hook et de Novège (lieu de tuerie récentes aux armes a feu)pourraient apprécie beaucoup l'humour du film. Un futur classique culte (?). Cote: ***0. (Son of Sardar lui a ***).

Je me suis rendu visionner des screeners pour la première fois ce mercredi mais les deux films que je voulais voir étant déjà emprunté, je me suis rabattus sur Number Ten Blues/Goodbye Saigon, un film que je ne comptais pas voir avant la semaine prochaine. Le film a été tournée il y a presque quarante ans au Sud Vietnam quelque semaines avant la conquête du pays par les troupes Viêt-Cong, la première réalisation d'un scénariste japonais ayant œuvre sur la série des lady Snow Blood. Malheureusement la banqueroute des investisseur du film ont fais que Number Ten n'a jamais sortie en salle, le réalisateur/scénariste semble avoir également disparu de la circulation et ce n'est que tout récemment que le film a été découvert dans un entrepôt. À la fois film noir et road movie, Number ten suis la fuite d'un homme d'affaire japonais qui ayant tué un ex-employés vietnamien et qui doit fuir le pays en compagnie de son amoureuse viet et d'un jeune voyou lui même a moitié japonais. Les dialogue sont a la fois anglais, japonais et Vietnamien.

Dès les première images, Number Ten m'a saisit a la gorge par ces images d'un cimetière montrant l'hécatombe d'une génération après dix années de guerre. En voix-off l'héroïne du film explique elle -même la façon dont elle veut être enterré un superbe début et qui donne un aperçu du l'ambiance glauque et désespéré du film Réaliser en temps de guerre, dans des conditions précaire et avec une équipe réduite une bonne partie du film constitue en fait de prise de vue quasi-documentaire d'un sud Vietnam au bord du gouffre et montrant la population de Saigon d'abord puis de la campagne vaguant a ces occupations. La meilleur qualités du film c'est de réussir a jumelé la trame somme toute convenue du film avec le contexte de l'époque pour dresser le portrait saisissant et authentique de personnages et d'un pays prit en pleine tourmente.

Number ten passe a deux reprises dans les semaines qui suive; le premier puis quatre aout. A date c'est ma grande révélation du Festival. À Voir. Cote; ****.

À suivre prochainement: Bad Ass Spider, La Galaxie de la Terreur et La Belladone de la Tristesse.

Couvertures média.

Drug War et autres critiques

Divine et Polyester

Sweetwater et autres critiques.

Revue de Presse
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Samedi 27 Juillet 2013 19h40
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Festival Fantasia semaine du 21 juillet Deuxième partie.

Ces dernière années les films de bestioles pullulent dans des chaines sci-fi nord-américaine; la plupart centrée sur la figure du requin et traité a toute les sauces possibles et imaginable ,du genre Requin vs dinosaures, les requins violant ou encore le requin pieuvres. Ce sont des téléfilms qui se distingue surtout par leurs calibre bas de gamme a presque tout les niveau; scénario, effets spéciaux et jeu d'acteur, résultants la plupart du temps a des nanars aussi médiocre que débile.

Pour son film Big Ass Spider toutefois, centrée sur une araignée géante s'attaquant a Los Angeles , le cinéaste Mike Mendez a opté pour un ton résolument prince sans rire reposant non pas sur la parodie mais sur l'humour noir de même que sur le numéro comique entre les deux acteurs principaux; un exterminateur débonnaire mais déterminé et son acolyte un hispanique rigolos. Le film ne perd pas son temps a établir les origines de la bestioles qui commence ces ravages des les premières scènes et les choses vont rapidement de mal en pis très rapidement pour le malheurs des personnages mais le bonheur des spectateur. Production à petit budget, au effets spéciaux moyen et au situations aussi stéréotypés que les personnages Big Ass Spider n'en demeure pas moins une comédie horrifiante au rythme enlevé qui aura joyeusement divertie le public moi inclue , au plus grand plaisir de Mike Mendez présent dans la salle qui a ensuite déclaré que le public fantaisien était le meilleur de la planète.

Pas le temps d'écrire davantage j'ai deux films à voir aujourd'hui et quatre autres demains. Pour compenser un peu voici le lien pour le dossier Fantasia publier dans un des grand quotidien de Montréal.

Dossier Fantasia

A+
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Dimanche 28 Juillet 2013 16h16
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia weekend du 27 Juin.

Faute de temps je laisse tomber pour le moment la seconde moitié de la semaine du 21 juillet, j'y reviendrais plus-tard, pour sauté directement au films vue samedi le 27.

Bushido Man du japonais Takanori Tsujimoto est une comédie martiale délurée dans lequel un disciple relate à son maitre la quête initiatique qui l'a vue affronté plusieurs experts en techniques diverse (bâton, nunchaku, sabre etc), après avoir prit soin d'allécher le palais en décrivant les repas qu'il a prit avant chaque duel question de connaitre ses adversaires en dégustant ce qu'ils mangent,.

Petit film au budget quasi-inexistant, Bushido Man a néanmoins réussit a faire appel a des acteurs martiaux et un chorégraphe plus que compétent pour donné des scènes d'action enlevé au film d'une grande variété. Ceci ajouté a l'élément comique (qui devient de plus en plus farfelu et surréalité au fur et a mesure voir le duel avec l'expert au pistolet), et au scène de dégustation, crée un œuvrette superficielle mais plaisante qui met l'eau à la bouche et convient adéquatement aux amateurs de films martiaux boulimiques. Cote: ***.

Je n'ai pas l'habitude d'allé voir des compilations de court métrages présenté par le festival, étant trop occupé à voir les longs. J'ai fais exception avec Taloches Taloches car un des court présenté a attiré mon attention; ]Love and Let Dieprésenté comme une action comédie centré sur la seconde nuit de noce d'un couple d'espions marié.et qui malgré un titre et des dialogue anglais est une production made in Québec.

Je n'ai pas eu à regretter mon choix, bien qu'il est fallu que je passe a travers une douzaine d'autres courts d'intérêts varié (voir plus bas), car Love and Let Day a été une révélation, surtout grâce a ces deux interprètes Fred Nguyen (qui a également co-écrit c et co-choréagraphié les scènes d'action) et la pétillante Theresa Ting qui bien qu'elle s'implique dans l'action qu'à la toute fin du film révèle un indéniable talent à la bastonnade martiale doublé d'une beauté et d'un charisme digne d'une diva guerrière de Hong-Kong. Ceci dit le vrai "héros" du film est Fred Nguyen tant pour son jeu pince sans rire d'agent secret que sa façon d'ajouté de la comédie non seulement dans les scènes d'action mais dans les personnages, leurs personnalités , leurs relation et leurs dialogues. Du délice. Conséquemment Love and Let Die et ma première vrai grande révélation coup de cœur du festival et malgré sa breveté mon film martial préféré. Cote *****

L'équipe du film se trouvant dans la salle incluant ces vedettes j'ai pu les félicité pour le succès du film ce qui leurs a fait bien plaisir. J'ai pus également apprendre que le couple d'espion étaient de véritables artistes martiaux, experts en shaolin kung-fu et wushu (ça parait) et qu'une suite était déjà prévu pour Fantasia l'année prochaine. Je salive d'avance.

Aucun des autres courts n'a fais une aussi grosse impression que Love mais ils n'étaient pas dénoué d'intérêt.Ninja Masaku 2 par exemple est un pastiche de film ninja hyper kinétique joué par des experts martiaux en pleine forme, une caméra tourbillonnante et un montage percutant , le seul reproche étant son caractère quelque peu générique. Détail savoureux tout les dialogue sont en japonais même si le seul Voice acteur impliquer est manifestement un occidental. L'Étranger est un pseudo-western montrant une bagarre de bar qui frappe fort. Godfather Deathest un court métrage animé au style gothique des plus imaginatif mais hélas trop bref. Besoin d'un coup de mainest un pastiche d'une scène cél`bre d'Evil Dead II mais avec l'ajout d'une cigarette, court mais hilarant. ]]Donne ta main que je te tape Donne la Main que je te tape avec.[/URL]avec est un court qui décrit la dérive d'un couple jusqu'a la violence à coup d'un montage non-linéaire et elliptique des plus astucieux.

A+
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Mercredi 31 Juillet 2013 03h56
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia 2013: Fin de semaine du 27 Juillet: Deuxième partie.

Champions au box office dans son pays d'origine le Vietnam The Lady Assassin est le seul film martial sud-asiatique présenté a fantasia . Le film voit un quatuor de serveuses expertes dans l'art de tuer étripés les clients de leurs taverne pour mieux les volés. Une jeune fille retenue captive par un de ces groupes de voyageurs malchanceux est recrutée à l'improviste. Celle-ci s'avère une élève studieuse dans l'art du combat mais cache un agenda caché qui va mettre en danger cette sororité de lady tueuses.

Lady Assassins s'inspire manifestement de deux grand classiques du cinéma martial hongkongais des années soixante dix; L'auberge du Printemps L'auberge du printemps King Hu (dans lequel les serveuses d'un auberge chacune vetu d'un uniforme au couleurs distinct sont en fait des combattantes martiales), Intimate Confession of a Chinese Courtesan ( qui relate la relation sulfureuse entre une madame et sa protégé toute deux de séduisante femme fatales). Malgré ces emprunts de base, la nature des personnage, de l'action, de l'histoire et des décors sont suffisamment différente pour faire de Lady Assassins un film distinct de ces illustres modèles .

En fait avec l'accoutrement sexy des servantes, le type d'action wire-fu de même que l'humour et ces petit anachronismes, Lady Assassins fait très bande dessiné. Bien que le film commence et se termine par des scènes d'action, l'essentiel du film cherche surtout a développé la personnalité des personnages, leurs aspirations et leurs relations dans un climat d'humour bien que pas sans une certaines tension vue les secrets que plusieurs des personnages garde pour eux.
Bien que superbement flexible et qu'elle réalise elle même leurs propre cascade, les actrices jouant les lady tueuses ne sont pas manifestement de grande expertes martiale et la plupart des scènes d'action non-wire-fu sont en général pas des plus excitante. Une exceptions notable toutefois ou lors d'un d'un affrontement entre deux adversaire cherchant a se tuer un troisième s'interpose et déflecte constamment les coups que caques ennemis lance a l'autre. Le film met également en scène des séquences wire-fu de volleyball sur plage aussi extravagante que sexy.

Comme avec les autres films martiaux vietnamiens déjà vue au ours des années passés, Lady Assassins se distingue également pour la grande qualités de sa direction photos qui met bien en valeurs les superbes visitas côtier du pays. A noté que le film était a l'origine en format trois D d'où la multitude de séquence ou des armes et projectiles surgissent en avant champs . Cote ***0

Un des acteurs et chorégraphe du film Le Thai-Hoa s'avère être d'origine Montréalaise et il est monté sur scène après la présentation pour s'exprimer en anglais, en vietnamien mais surtout dans un français teinté de l'accent québécois. C'est la première fois qu'il voyait lui-même le film sur grand écran et nul doute que voir le film en compagnie d'une foule d'occidentaux enthousiastes a due lui faire grand plaisir. Dans le Q&A subséquent Il aura révélé que le tournage c'est révélé exigeant et souvent pénible pour lui vue la chaleur et le type de costume qu'il portait qui irritait sa peau et aura même suscité une grave infection ayant l'aura rendu fiévreux en plein tournage. Il a donné également quelque détail sur le cinéma vietnamien en plein développement depuis la production de Rebels le film étalon et la venue de réalisateurs, de techniciens et d'acteurs issue de la diaspora viet et formé professionnellement au cinéma en occident.. Ceci dis Lady Assassins a été réalisé par un viet natif du pays.

Par la suite J'ai croisé monsieur Le devant la cinéma Imperial ou le film avait joué. J'ai pus discuté avec lui, je lui ai révélé les sources d'inspiration du film, chose qu'il ignorait et il a pris notes des titres sur son I pod. J'ai également dis qu'il ressemblait pas mal a Chan Sing le "Charles Bronson d'asie" et justement c'est le genre de personnages de dur à cuir héroïque incarné par Bronson et également Clint Eastwood qu'il aimrait joué au cinéma, ce qui n'est pas évident dans une industrie filmique qui en général met surtout des acteurs beau gosse. Je lui ai laissé mon adresse e mail et le nom du site Hong-Kong Cinémagic et j'espère bien qu'il lira ces lignes éventuellement.

Fragments d'Asie est une compilation de six court-métrage, la plupart animés d'origine asiatique.


Kick-Heart montre dans un style graphique à la fois naïf et expressionniste la rencontre sur le ring entre Maskman M et Lady S; un joyeux délire sado maso sur fond de match de lutte presque surréaliste.

-Possession: Un superbe petit anime dans lequel un artisan répare divers objet domestiques délabré animé par des esprits espiègles. Un pur ravissement faisant un grand emploi de l'animation par ordinateur.

-Cartoons: Bien que des dessin soient présenté ce court est une des deux productions Live. Celui-ci s'est fait interdire à son lieu d'origine la coin le plus prude d'Asie Singapour pour contenue osé. EN fait rien de bien risqué, et la chut ultime a déclencher une réponse hilare de la salle.

The Witch de Corée du sud est le second film live de la sélection. Excepter pour son dénouement, le film consiste en un long plan séquence ou une jeune fille au cheveu d'argent explique sa condition de sorcière et sa mission de redresseuse de tort pour femme oppresser. Les male violent n'ont qu'a bien se tenir. Le plus anodin des film présenté.

Dernière œuvre du grand Katsuhiro Otomo, Combustible est l'adaptions d'un de ces manga et l'œuvre la plus marquante artistiquement de la sélection. Pour ce film, Otomo a rechercher a recrée l'esthétique de la peinture sur rouleau et illustre également de façon quasi-documentaire les technique de travail des anciens pompiers nippon. Le film s'avère donc très fort graphiquement bien qu'un peu boiteux narrativement puisqu'il laisse en arrière plan une histoire d'amour contrarié assez typique toutefois et le récit s'achève de façon asse abrupte.

The Window : D'une durée de 26 min The Window est deux fois plus long que le reste des autres corut. C'est une œuvre de Yeon San-Ho le réalisateur de ténébreux King of Pigs présenté l'années passé a Fantasia. Alors que ce dernier film traitait de l'intimidation dans les école coréenne, The Window traite lui de l'intimidation et des jeux de pouvoir dans une autre institution sacrée de Corée :l'armée qui conscrit chaque jeune hommes pendant deux années de leurs vie. La trame du film ne va pas tout a fait dans la direction auquel on s'attend au départ et la tout dernier plan du film celle d'un visage défigurer par la rage contenue est l'image la plus saisissante vue jusqu' a date au festival.

I'll follow you down

Un savant disparait dans des circonstances aussi mystérieuses que brusque ce qui entraine de grave conséquence sur sa famille dévasté. Des années plus-tard le fils du disparue découvre le moyen possible pour ramener son père mais on ne remet pas en question l'histoire comme on veux. Est ce que le fils ira au bout de sa démarche.

Bien que la prémisse du voyage dans le temps rectificateur est vieux comme la pulp sci-fi, I'll Follow You down ne s'en sert somme toute comme simple prétexte pour décrire un drame très humain sur l'absence d'un proche et les conséquence de certains choix sur une famille. Bien qu'adroit, élégant et fort bien joué (notamment par Gillian Anderson la Scully des X Files, et Haley Joel Osmond le petit garçon de Sixth Sences qui a bien muri depuis), le film m'a laisser quand même un peu sur ma faim en tant qu'adepte de Sci-fi. Cote ***.

PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Vendredi 02 Août 2013 02h45
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Festival Fantasia: Retour à la semaine du 21 Juillet

Semaine de relâche pour Fantasia, j'en profite pour revenir à la semaine du 21 juillet.

En collaboration avec la cinémathèques québécoise, Fantasia aura présenté une petit volet intitulé`: Doublages insolites montrant un quatuor de film culte doublé en français; le slasher Massacre au camp d'étépar exemple présente un doublage particulièrement exécrable alors celui de que la comédie odorama de John Water Polyester est est en joual québécois. Le festival s'est arrangé pour retrouvé des cartes "odorante" du film pour faire du film une expérience sensorielle triple (voir, entendre et sentir). À noté que la vedette du film le travestie obese Divine était également sujet d'un documentaire présenté à Fantasia: I am Divine dans le cadre de la sélection "Documentary from the edge".

La particularité du doublage de La Galaxie de la Terreur est d'être en argot. Toutefois ce n'est pas une caractéristique que j'ai remarqué étant trop distrait par l'étrangeté loufoque des dialogues et le calibre série B du film. Alors que le nanar Italien Le Choc des Étoiles présenté l'année passé à Fantasia était un dérivé de La Guerre des Étoiles, la Galaxie de la Terreur s'est plutôt inspirer d'Alien de même que du classique culte La Planète Interdite et peut-être également La Planète des vampiresdu grand Mario Bava. Galaxie est une série B qui porte la marque de son producteur le roi de la série B américaine Roger Corman, bien davantage que son réalisateur depuis longtemps oublié. ce qui n'est pas le cas du directeur artistique du film responsable des modèles réduit et de certains effets spéciaux; un certain James Cameron. D'ailleurs se dernier reprendra une séquence de vaisseaux spécial atterrissant sur une planète pour son Aliens. Un jeune Robert Englund joue également un rôle secondaire. D'abord quelque peu loufoque son personnage prend de la graine au fur et à mesure et l'acteur à droit a une bonne petit scène ou son personnage est confronté a une version maléfique de lui-même.

Avec ses pétards laser, ces monstres de caoutchouc, ces personnages stéréotypé joué par des acteurs au jeu caricatural, et ces dialogues loufoques, Galaxie inspire surtout de la dérision. Malgré tout on éprouve également un certain respect pour le travail des artisans du film de même que quelques bonne idées de scénario ou de mise en scène (celle du double notamment, ou encore de la pyramide géante). Une scènes pour lequel Galaxie est fameuse retient également l'attention celle du viol d'un des personnage féminin du film par un monstre tentaculaires gluant. Cote ***.

La Belladone de la Tristesse est l'ovni de la sélection doublage, non pas pour l'étrangeté de ses voix traduites (qui sont très classe)mais pour sa provenance de même que son imagerie halluciné. Belladone s'avère en effet un dessins animé érotique produit au Japon dans les années 70 selon un style graphique inspiré tant des manuscrits à rouleau orientaux que de l'Art Nouveau . Belladone est le récit d'une jeune innocente qui violé par un seigneur et séduite par le diable devient une sorcière redoutée. Le récit est basé sur une œuvre non fictive de l'historien français Jules Michelet La Sorcière.

Tout comme les autres films doublés du festival, la copie présenté de Belladonna sort des archives de la cinémathèque québécoise. Présenté à Marc Lamothe un des directeur de la programmation du festival celui-ci a été épaté par le climat insolite du film crée tant par le graphisme du film, et son doublage en français internationale mais avec des acteurs québécois derrière lequel l'accent local se perçoit un tant soit peu. C'est probablement la seule copie existante de cette version du film déjà très rare pour commencé. Produite à l'origine au début des années soixante dix par Mushi-Productions la maison de production du Dieu du Manga Osamu TezukaBelladona est l'ultime œuvre d'une trilogie érotique originale amorcer avec les films[ Cléopatreet Les Mill et une Nuits. La Mushi-Production connaissant de grave difficulté financière Belladonna à été produit avec des moyens plus limités que les films antérieur et n'a pas été mit en scène par par Tezuka lui-même bien que sa contribution artistique se fait quand-même sentir dans de nombreuses scènes érotique hautement stylisé. Belladonna a connu une petite distribué en occident mais est depuis longtemps tombé dans l'oublie d'où l'opportunité extrêmement rare de pouvoir voir le ce film dans une salle dans une version française de qualité par dessus le marché. Lorsque Mr Lamothe à introduit le film il s'est déclaré être ému de voir une salle bondé preuve que le public fantasien étaient toujours à la recherche de nouveauté inédite.

Belladonna c'est avéré en effet une découverte des plus envoutante. Bien que le films fasse très dans "seventies" dans son look et que le degré d'animation soit réduite à l'extrême (consistant la plupart du temps en des travelings de dessin). l'étrangeté "art nouveau" de l'imagerie ajouté à la musique en fond une grande expérience. J'ai félicité Marc Lamothe à ma sortie du film pour son initiative de montré cette œuvre précieuse. Cote:****.

Belladonna peut-être vue au complet sur dans sa version originale sous-titré en anglais. C'est un peu dommage que ce petit bijou d'animation ne puisse être vue que dans se format mais considérant qu'il s'agit d'une œuvre aussi méconnu que rare c'est mieux que rien.

Bande annonce:

Film complet

La_Belladone de la_tristesse wiki


PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Vendredi 02 Août 2013 19h19
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Festival Fantasia: Le Projet Django.


Mise à part la sélection Doublage insolite, Fantasia et la Cinémathèques on également collaboré sur une mini-rétrospective de western-spaghettis ;Projet Django inspiré par le film de Tarentino Django Unleashed. Un film de la sélection Sweetwater, déjà critiqué sur le forum, est un western contemporain évoquant le western-spaghetti alors que trois autre titres sont de vieux films doublé des années soixante-début soixante dix tiré de la voute de la cinémathèque. D'autres spaghetti-western seront présenté plus-tard dans le cadre du Festival du Nouveau cinéma en Octobre.

Deux des films mettent en scène Terrance Hill et Bud Spencer le duo iconique d'une vingtaine de western et de comédie d'action des années soixante-dix quatre-vingt. Dans ma jeunesse je n'ai vue que deux ou trois films des deux comparses à la Tv depuis longtemps oublier. Dans On l'appelle Trinita et On Continue à l'appeler Trinita Hill et Spencer jouent une couple de frangins dépareillé qui bien qu'hors la la loi et toujours à la recherche d'un bon coup protèges des innocents contre les visés expansionnistes de gros propriétaire. Trinita l'illuminé fanfaron (un type de personnage récupéré plus-tard par Johnny Depp) et Bambino l'ours bourru constitue un duo des plus amusant et attachant tant au physique que dans les nombreuses répartie cinglante qu'il s'échange entre eux ou leurs adversaire. Un détail qui m'a beaucoup amusé est d'entendre le personnage grognon de Spencer parlé dans le premier film avec la même voix française que celle du très suave Roger Moore (doublé par l'acteur: Claude Bertrand.. Le doubleur dans la suite est beaucoup plus conventionnel. Grosso modo je me suis bien marré, mieux avec le premier toutefois que le deuxième qui fait dans la répétition.

Le Temps du Massacre est le premier western spaghetti de Lucio Fulci cinéaste culte Italien surtout célèbre pour ces films de zombie ultra gore réalisé au tournant des années quatre-vingt. Le film met en vedette Franco Nero peu de temps après la sortie de Django le film qui l'avait rendu célèbre comme héros badass impavide de western. Assez curieusement Bien que Nero se retrouve a joué de nouveau se type de rôle dans Temps d'un massacre, son invincibilités héroïque se retrouve être constamment saper par l'aide que lui apporte le frère pochard du personnage qui lui n'arrête pas de le sauvé des traquenards dans lequel il se jette tête baissé a coup de pistolet ou facilite sa tâche en descendant lui-même des adversaire. En fait la seule fois ou Nero ne bénéficie pas l'aide de son frangin il se fait vicieusement battre a coup de fouet qui le laisse ensanglantés, ce qui est assez inusité pour se type de personnage.

La première fois ou le "pochard" aide son frère est dans un saloon avec l'aide providentiel d'un vieux chinois armée d'une sarbacane une séquence m'a aussitôt fait pensée a une scène similaire dans le classique Hirondelle d'or de King Hu dans lequel un ivrogne aide l'héroïne trop confiante avec des coups fourrée discret et qui s'avère être le véritable héros du film. Le Temps du Massacre sape encore davantage son héros puisque le cow-boy de Nero ne s'impose vraiment dans presque aucune scène d'action du film sauf a la toute fin et encore. Ce travail de sape constant, la présence d'un chinois, et un méchant tout vêtu de blanc et au sourire inquiétant M'a amener a me demander si Fulcio n M'aurait pas vue L'Hirondelle d'or en 1966. Cela semble improbable, les films hongkongais ne bénéficiant pas à l'époque de grande diffusion internationale mais puisque Sergio Leone c'est inspiré de Yojimbo pour son , Fistful of Dollars, qui sait?

Mit a part le pochard volant la vedette au héros, Temps du massacre se distingue également par un personnage de méchant particulièrement inquiétant; le fils meurtrier psychopathe d'un propriétaire terrien qui a une manière de sourire et de penché la tête qui glace le sang. Le personnage est introduit dans la scène d'ouverture fort mémorable du film dans lequel il mène une chasse a courre avec un homme comme gibier. Plus tard c'est lui qui fouette vicieusement le héros du film un sourire sadique au lèvre.
Pour tout ces personnages mémorables , sa violence (incluant le meurtre sauvage de femmes et d'enfants), sa perspective insolite du héros et la tuerie finale a coup de fusil, Le Temps d'un massacre ne fait qu'une moyenne impression, étant trop distrait par les correspondances évidente mais improbable avec l'hirondelle d'or et un retournement établissant un lien de parenté entre le héros et le méchant que j'ai trouvé digne d'un mélo. A mess yeux c'est une œuvre intéressante mais trop inégale pour être une réussite vraiment aboutie. Cote ***/***0.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Lundi 05 Août 2013 17h53
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Festial Fantasia Fin de semaine du 3 au 4 aout; Première partie; Funky Flashback.

Après une semaine de relâche je suis revenue à Fantasia Samedi le 3 aout pour voir 5 films Samedi et 3 Dimanche soit 8 au total. La première partie du contre rendue de la fin de semaine couvre deux films de calibre et de style fort différent mais qui on en commun de se dérouler dans les années soixante-dix et d'avoir une importance dimension musicale.

The Discopath

Traumatiser par la mort tragique de son père électrocuter durant une session de musique un jeune loubard entre dans des trances meurtrières chaque fois qu'il entend de la musique disco. Après un premier meurtre à New-York le "Discopath" fuit à Montréal, ou il trouve un emploi à un collège pour jeune fille, mais même dans se refuge, il ne peut échappé à des air funky et la rage meurtrière qu'il l'habite.

Un pastiche artisanal de thriller à la D ePalma à saveur disco, Discopath est une étonnante petite réussite considérant qu'il a été produit avec des moyens minimum (le metteur en scène a même vendu sa maison et chaque participants a travaillé gratuitement). Malgré de nombreuses scène gore, d''ingénieuse mise en scène de meurtres et un maniaque inquiétant a souhait; le film cherche moins a crée l'angoisse qu'a amusé avec son climat kitch/disco revu sous l'angle du gialo nord américain tentative qui réussit a travers sa reconstitution historique modeste mais convaincante son humour noir et le jeu à la fois grossier et truculent des acteurs. Ceci dit vue le contexte disco et québécois du film, je ne suis pas su que le film résonne beaucoup autre que pour un public local. Cote ***0.

The Rooftop

Seconde réalisation de l'idole taïwanaise Jay Chou, Rooftop est une comédie dynamiser par un indéniable flair musical, visuel et comique, le jeu truculent de nombreux interprètes et un calibre de production aussi relever que fort imaginatif, qui en font un divertissement des plus entrainant surtout dans sa première moitié.

Ceci dit il faut quand même être un fan de Jay Chou pour vraiment apprécié son héros "stoïque cool" n'est pas évident pour un public de gars. Le film est également un peu trop long, sa romance tout a fait conventionnel et il y a une sérieuse cassure de ton lors du dénouement qui vire dans la violence et fait plutôt bâclé. En fait je que le film aurait été meilleur si Jay Chou se serait encore plus concentré sur la faune de personnages truculents qui l'entoure au lieu de son héros "cool" et de sa romance, comme Stephen Chow l'avait fait pour son Kung-Fu Hustle.

Malgré mes réserves et le fait que je suis pratiquement allergique au comédie romantico/musicale j'ai trouvé qu'il a quand même quantités de bon moments dans ce film (chaque fois que Eric Tsang apparait par exemple) et que c'est esthétiquement un superbe film kitsch. Cote: ***0.

À suivre prochainement: Adaptation manga.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Mardi 06 Août 2013 03h41
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia 2013: fin de semaine du 3 aout; Les adaptations animés

L'année passé Fantasia 2012 a présenté Berserk The Golden Age I The Egg of the King première partie d'une trilogie adaptant le cycle l'age d'or du manga culte Berserk). Lorsque j'ai vue ce film j'avais été épaté tant par la découverte de cet univers d'héroic fantasy médiéval à la fois somptueux et gore, que par la qualités supérieur de l'animation habité d'un souffle épique impressionnant. J'ai alors mis la mains sur la série animé et manga pour poursuivre la découverte de cet univers

Tel qu'espéré Fantasia 2013 a présenté les autres volet poursuivant et concluant le cycle de l'age d'or: Berserk Golden Age arc Part II The Battle for Doldreyqui relate le triomphe puis la chute soudaine de Griffith chef de la troupe du faucon, et Berserk Golden Age arc Part III: The Adventqui montre l'évasion de Griffith secouru par sa troupe et sa transformation en démon destructeur.

Déjà familier avec l'univers, les personnage et les épisodes relaté pour avoir lu les tomes couvrant la bataille de Doldrey, voir cette partie de l'adaptation ne m'a hélas apporté aucune véritable surprise bien que le film continue d'être une œuvre d'animation animé d'une certaines envergure. J'ai également été un peu déçu de voir certains épisodes haut en couleur (le géant Sanson, la conspiration de la reine) étaient absent du film bien que j'ai compris que pareil omissions étaient nécessaire pour évité les redites et les longueurs ou bien étaient juste trop violent.

Le troisième film; The Advent s'est avérer un visionnement bien plus satisfaisant puisque il couvrais une étape du récit n'ayant pas encore été lus. Dans ce troisième partie Berserk fait une soudaine transition d'un univers heroic-fantasy médiéval à apocalyptique donnant lieu dans sa dernière heure à un spectacle haut en couleur aussi violent qu'halluciner mettant en vedette un bestiaire démoniaque digne de l'univers d'un Go Nagai. Cote ***0.

J'ai bien l'intention de retourner au manga Berserk qui a se jour consiste de 37 tome bien que pas tout de suite, ayant d'autre série manga à compléter. D'après ce que j'ai entendu dire parmi des spectateurs assied derrière moi dans la salle, les studio 4c qui ont produit la première trilogie de Berserk compte également adapter les deux autres grand cycles de la série qui bien que maintenant vieille d'un plus d'un quart de siècle semble encore bien loin d'être terminer.

Si Fantasia 2012 m'avait permit de découvrir Berserk, Fantasia 2013 à fait de même avec un autre série manga vieille celle-là d'un demi cycle Cyborgs 009 en présentant sa dernière adaptation filmé:009 Re-Cyborgs . Les Cyborg 009 sont une équipe d'humains robotisés à la nationalité et au pouvoirs différent qui inclue entre autre un américain équipé de fusée, un allemand équipé de canon escamotable, un chinois cracheur de feu et un jeune japonais doué de super-vitesse qui est le chef de l'équipe et son principal héros.

Datant de 1966, Cyborg 009 est la création de Shotaro Ishinomori , un des plus influant auteur de manga de son temps et qui avec ces autres créations entre autres Kamen Rider aura crée les sous-genre des super ]sentai les super-héros à la Power Rangers, La série 009 a été elle-même été a de nombreuses reprise tant à la Tv qu'au cinéma. La plus récente version sortie 2012 à été écrite et réalsé par Kenji Kamiyama le maitre d'œuvre derrière les deux séries; Ghost in the Shell:Stand Alone Complexe.

La patte de Kamiyama est facilement reconnaissable dans cette nouvelle adaptation des Cyborg puisque ceux-ci, tout comme l'équipe de superflics de Ghost in The Shell fon face a une conspiration extrêmement complexe qui entre des scènes d'Action et de dévastation enlevé donne également lieu à de longues discussions, politiques, philosophiques et religieuses, assez compliquer et difficulté a saisir (allant de l'influence des complexe militaro-industriel sur la politique étrangère américaine à la création de Dieu par l'inconscient humain) mais qui donne une toute autre dimension au tenant et aboutissant du film, même si ceux-ci sont au final assez difficile à complètement saisir. Certain pourrait dire que Kamiyama en fait un peu trop a se niveau et que cela nuit a la clarté du récit mais d'un autre coté l'aspect intellectuel de ce thriller animé fait un peu différent par rapport à la norme.

En fait étant arrivé en retard j'ai manqué les première minutes du film pour être plonger dans un monde d'intrigue, d'action et de calamités terroristes avec un groupe de personnage héroïque dont je ne connaissais presque absolument rien. J'ai quand même pleinement embarquer des le départ et le plaisir de découvrir ce monde dans un film animé haute gamme a été pour moi un des grand moment du festival. Ceci dis je dois quand même admettre que la fin c'est avéré un peu décevante car elle conclue l'intrigue sans vraiment expliquer de façon claire en employant des propos pseudo-religieux. Dommage. Ceci dit Cyborg c'est avérez quand même un divertissement assez trippant dans son ensemble. Cote ****.

à suivre prochainement: Les adaptations manga live, les chroniques de l'étrange et le film de clôture.

PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Mercredi 07 Août 2013 16h26
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia 2013: Fin du festival.

Le film de clôture The World's End a eu lieu mardi soir mais le festival prend vraiment fin mercredi avec la présentation de deux derniers films. Je compte moi même voir trois autres visionnement mais chez moi, grâce au lien I Tune fournit au journalistes couvrant le festival. A date j'ai vue 32 films. Un peu moins que d'habitude.

Il me reste encore a rapporter sur au moins sept films mais comme je travaille aujourd'hui et peut-être également d'autres journées de la semaine, je ne vais pouvoir compléter mes contre rendus qu'au compte goute, au cours des journée qui vont suivre. Ceci dit je communiquerais les prix du jury et prix du public dès qu'ils seront disponible.

Yves Gendron.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Jeudi 08 Août 2013 21h41
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia 2013 Le film de Clôture.

Une des plaisir récurent du festival depuis plusieurs année aura été de présenté de truculente comédies d'horreur/sci-fi britannique faisant tant dans la satire, que le gore burlesque et le suspense et qui m'auront toujours fait superbement marrer. Evil AliensLesbian Vampires Killers , Attack The Block et Grabbers compte ainsi parmi les meilleurs visionnement que j'ai connu à Fantasia. Pour 2013 il aura fallu attendre au film de clôture pour enfin voir le film british marrant mais cela en valait la peine; il s'agit de THe World's End.

Le film est le dernier film de la trilogie; Blood and Ice-cream , dont les films Shaun of the Dead et Hot Fuzz constitue les deux premier opus et qui réunit le trio magique d'Edgar Wright et des comédiens Simon Pegg et Nick Frost vedettes et scénariste. . Les billets du film ayant tous été vendu au cours de la première semaine du festival, j'ai vue le film lors de la présentation spéciale réservé au journalistes.

En proie à une crise existentielle; Gary King réunit ces quatre grand potes de lycée afin de reprendre une tournée de bar épique dans leurs village natale jamais complété vingt ans plus tôt. Tous des professionnels avec famille et emploi, les amis de Gary ne sont pas trop chaud à l'idée de cette virée ou même de revoir Gary un ado attardé et cabotin mais ils obtempèrent quand-même. Or a mit chemin Gary et cie découvrent que presque tout les habitants du villages ont été remplacer par des robots clones dans le cadre d'une invasion extra-terrestre. Leurs seule chance de s'en sortir est de filer en vitesse excepter que Gary tient mordicus compléter sa tournée.

Tout comme Shaun et Hot Fuzz, The World's End est une comédie centrée sur un film de genre (ici le film d'horreur Sci-fi) mais qui fait également dans la satire burlesque de la petite bourgeoisie anglaise. Différence notable toutefois alors que dans les films antérieur s'était Nick Frost qui jouait les pitres et Simon Pegg le straight man ici les rôles sont inversé. Grace a l'interprétation truculente des acteurs, l'humour plein de pétillants, la mis en scène enlevé de Wright et des effets spéciaux plus que réussit, The World's, End fait feu de tout bois et à été la comédie la plus marante de tout les festival, même si je n'ai pas toujours été capable de suivre tout les dialogue (vue leurs rythme rapide et l'Accent anglais). Après coup j'ai trouvé que les thèmes du films concernant le conformisme et le libre abrite ("on est des losers débiles" on en est fier) par rapport au visée des méchants, déjà présent dans Shawn et Hot Fuzz, faisant un peu dans la redite et la superficialité mais bon l'important est le film fasse rire ce qu'il réussit admirablement. Cote: ****.

À suivre prochainement: Les prix du festival.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Vendredi 09 Août 2013 01h13
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Fantasia 2013

Les organisateurs du festival Fantasia m'ont envoyé un communiqué faisant le bilan de l'année. Aucun film Hong-kongois ou chinois n'est mentionnés.

Montréal – Le jeudi 8 août 2013

– C’est hier, le mercredi 7 août 2013 que la 17e édition du festival international de films Fantasia s’est officiellement conclue. Encore une fois cette année, le festival Fantasia confirme son succès critique et populaire avec un total de plus de 125 000 spectateurs ce qui représente une augmentation de 15% de l’affluence de cinéphiles par rapport à l’an dernier. Cette année, 60 % des représentations ont été présentées à guichet fermé.

Tout au long de l’événement, qui s’étendait sur un total de 21 jours, plus de 131 longs métrages provenant de 31 pays et plus de 220 courts métrages des quatre coins du globe se sont succedés sur les écrans du cinéma Impérial, de la salle DeSève et de la Cinémathèque québécoise. Les cinq projections extérieures ont également connu un vif succès, notamment LES ROIS DU RIRE, projection de courts métrages muets avec pianiste jouant en direct sur scène, à la Place des festivals, devant plus de 8 500 cinéphiles de tous âges.

Rappelons que le festival s’ouvrait avec la première canadienne de SHIELD OF STRAW de Takashi Miike et se terminait avec la première canadienne de THE WORLD’S END de Edgar Wright. Plusieurs premières mondiales ont également été présentées dans le cadre de l’événement dont 24 EXPOSURES de Joe Swanberg, THE APPOLOGY KING de Nobuo Mizuta, CURSE OF CHUCKY de Don Mancini, L’AUTRE MONDE de Richard Stanley, RETURN TO NUKE ‘EM HIGH Vol 1 de Lloyd Kaufman, ZOMBIE HUNTER de K. King, DOOMSDAYS de Eddie Mulins, MISSIONARY de Anthony DiBlassi, ANTISOCIAL de Cody Calahan, OXV: THE MANUAL de Darren Paul Fisher et THE DEMON’S ROOK James Sizemore.

Les films canadiens et québécois ont aussi été à l’honneur à Fantasia cette année avec la présentation, en première mondiale de : LES 4 SOLDATS de Robert Morin, I’LL FOLLOW YOU DOWN de Richie Mehta, DISCOPATH de Renaud Gauthier, ANTISOCIAL de Cody Calahan et PINUP DOLLS ON ICE de Geoff Klein et Melissa Mira; les premières nord-américaines de COTTAGE COUNTRY Peter Wellington et IMAGINAERUM de Stobe Harju; les premières canadiennes de THE DIRTIES de Matt Johnson et THANATOMORPHOSE d’Éric Falardeau; et la première québécoise de THE DEAD EXPERIMENT d’Anthony Dixon. En outre, en collaboration avec Éléphant, Fantasia a dévoilé la nouvelle version restaurée en HD du classique de Jean Claude Lauzon sorti en 1987 UN ZOO LA NUIT lors d’une projection spéciale le 31 juillet dernier.

La 2e édition des Rendez-vous de l’industrie de Fantasia fut également un franc succès. Quatre jours de rencontres, de sessions de pitch, de conférences et de cocktails de réseautage, tous fréquentés à pleine capacité. Le Marché de coproduction internationale Frontières a permis la présentation 24 projets de films provenant du Canada, des États-Unis, de plusieurs pays Européens, du Mexique et de Nouvelle-Zélande. Les présences aux Rendez-vous ont augmenté de 10% pour atteindre 280 inscriptions : 90 participants provenaient des États-Unis et 40 d’Europe, 75 du Québec et 60 du reste du Canada. Parmi ceux-ci, 80 participants étaient des producteurs, 65 des réalisateurs et 25 des distributeurs. Nous comptions également 10 agents de ventes internationales, 10 membres de la presse spécialisée internationale et 5 agents de talents. Plus de 600 réunions pour les projets Frontières et autres intérêts commerciaux on eu lieu grâce à la grande variété de participants présents. Il nous a été mentionné par plusieurs que de nouveaux partenariats de production, découlant des rencontres faites à l’évènement, devraient être annoncés sous peu. L’évènement est rendu possible grâce aux nouveaux supports financiers obtenus de la part de MEDIA Mundus, Téléfilm Canada et la SODEC.

A suivre bientôt les prix du public et du jury.
PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Vendredi 09 Août 2013 01h39
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Festival Fantasia les prix


Fantasia 2013: Prix du Jury

Prix New Flesh pour la meilleure première oeuvre : CHEAP THRILLS de E.L. Katz, avec une mention spéciale pour HALLEY de Sebastian Hofmann

Prix Cheval Noir du meilleur film :
BIG BAD WOLVES de Aharon Keshales & Navot Papushado

Prix du public, meilleur film canadien : LES 4 SOLDATS de Robert Morin

Meilleur réalisateur : Hou Chi-Jan pour WHEN A WOLF FALLS IN LOVE WITH A SHEEP

Meilleur scénario : Aharon Keshales & Navot Papushado pour BIG BAD WOLVES

Meilleur acteur : Cho Jae-hyun pour THE WEIGHT, de Jeon Kyu-hwan

Meilleure actrice : Nathalie Boutefeu pour LES GOUFFRES, d’Antoine Barraud

Mention spéciale
: ACROSS THE RIVER de Lorenzo Bianchini & LES GOUFFRES d’Antoine Barraud

Prix du public

Meilleur film asiatique.:

Or HK/FORBIDDEN SUPER HERO par Yuichi Fukuda

Argent LESSON OF THE EVIL par Takashi Miike

Bronze HOW TO USE GUYS WITH SECRET TIPS by Lee Wonsuk

Meilleurs film internationaux:

Or CURSE OF CHUCKY par Don Mancini

Argent OXV:THE MANUAL par Darren Paul Fisher

Bronze BROKEN CIRCLE BREAKDOWN par Felix Van Groeningen

Meilleur film Canadien ou Québécois:


LES 4 SOLDATS par Robert Morin

Meilleur film d'animation:
THE GARDEN OF WORDS par Makoto Shinkai


Le festival est maintenant terminé mais il me reste encore sept films dont le contre rendu est a faire et qui vont apparaitre au cours des journées à suivre.



PMEmail Poster
Top
Kung-Fu Scholar
Ecrit le : Samedi 10 Août 2013 03h36
Quote Post


Little brother
***

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 576
Membre n° : 75
Inscrit le : 13/07/2004

Dragon



Festival Fantasia: Chronique de l'étrange.

La célèbre romancière et scénariste chinoise Lilian Lee (Rouge, Green Snake, Dumpling) c'est en grande partie spécialisé dans des récit d'horreur et le film d'anthologie Tales from the Dark présente trois de ces nouvelles avec des metteurs en scène différent incluant l'acteur Simon Yam de même que Fruit Chan déjà responsable du très mémorable Dumpling vieux maintenant de presque 10 ans. Dans le film de Simon; un chômeur mal embouché s'attire l'attention de fantômes en commençant à voler des urnes funéraires. Dans le second sketch un cartomancien pouvant voir les spectre et une collègue fantasque font face au fantôme d'une collégienne noyée. Dans la troisième histoire, celui de Fruit Chan, une jeteuse de sort fait elle face à une revenante ayant de sérieux compte à régler.

Bien que chaque conte ne soit pas dénué d'intérêt et que la direction photo parvient à toute les fois a crée un climat "hanté" approprié" chacune des histoires souffre de problèmes d'adaptation. Le premier par Simon est plutôt confus par la présence de nombreux fantômes dont on ne sait trop ce qu'ils font la, le deuxième ne sait trop sur lequel registre danser (comique ou dramatique), quand à celui de Fruit Chan il traine en longueur. Malgré quelques petit moments ou personnages retenant l'attention (Kelly Chan en fofolle binoclarde et Dada Chan saisissante en fantôme vengeur), Tales s'avère en général plutôt convenue et décevant. Cote **0.

Détail intéressant bien que chaque film se déroule à Hong-Kong, tout les dialogues sont en mandarin, ce qui est un peu dommage car on perd la saveur locale du cantonais. Un second volet de Tales of The Dark présentant trois autre histoires est sortie le premier aout a Hong-Kong avec cette fois ci comme réalisateur: Gordon Chan, Teddy Robin Kwan et Lawrence Ah Mong.
À noté que comme d'habitude avec un film de Hong-Kong; Tale from the Dark à été précédé d'une bande annonce d'un vieux film des Shaw; dans ce cas si Ghost Story un film a sketch grivois de Li Han Hsiang qui aura montré autant de seins nus que de fantômes.

Dans Imaginaeriumun vieux musiciens sénile cherche a retrouvé de vieux souvenirs sur son lit de mort dans un périple imaginaire halluciné qui lui fait revivre un vieux traumatisme d'enfance et sa relation trouble avec sa fille unique. Dans le monde réel, la dite fille maintenant adulte et entretenant une profonde rancœur envers son paternel est amenée a découvrir la véritable personnalité de celui-ci, a travers des documents secrets qu'il a laissé derrière lui.

Au départ Imaginaerum est un disque du groupe musical metal symphonique finlandais Nightwish qui a servie de point de départ à Stobe Harju réalisateur des vidéo-clips du groupe, pour un long métrage féerique ténébreux remplie d'image de synthese et de morceau musicaux. Le film est une co-production canadienne et une bonne partie de l'équipe technique et des acteurs proviennent d'ici. Les membres de Nightwish apparaisse dans les numéros musicaux du film et dans de petit rôles muets. Bien qu'il soit un film d'une grande qualités professionnelle, agençant une imagerie ténébreuse onirique assez impressionnante, Imaginerium fait quand même assez convenue tant dans son délire que son récit. D'une certaines manière c'est un vidéo-clip d'une heure et demi qui se regarde sans ennui mais s'oublie très vite après coup. Cote: ***0.


Dans Plus One. Suite à l'écrasement d'un météore remplie d'énergie extra terrestre un groupe d'ados faisant une partouze dans un résidence de banlieue se trouve prit dans une boucle temporel créant un doublure de chaque fêtard tirée du continuum quinze minutes plus-tôt. S'étant rendu compte du phénomène un jeune veut profité de la situation pour refaire ces excuses à son ex-petite amie après s'être planté une première fois. D'autres fêtards prennent également conscience de la présence de leurs doublures et un climat de confusion et de peur s'installe qui risque d'éclaté en violence à tout moment.

L'idée de faire prendre les fêtards d'une partouze d'ado dans une boucle temporelle est aussi originale qu'intéressante mais a mon avis; malgré de nombreuses bonne idées, une excellente exécutions dans les effets spéciaux et un intéressant brassage thématiques, Plus One n'aboutie pas complètement pour formé un tout vraiment stupéfiant. Le jeune couplé séparé qui est au centre de la trame par exemple n'est que très moyennement intéressant et certain aspect du récit sont un peu confondant. J'aurais aimée que le film aille encore plus loin dans le délire spatio-temporel mais enfin de compte il ne fais parfois qu'esquisser un situation prometteuse. Un brin dommage mais tout de même assez divertissant en général. Comme le film se déroule au milieu d'une partouze il est assez copieux en nudité et à moment donné on voit même une asiatique dénudée envoyé un coup de pied volant à un malappris après l'avoir vertement injurier en chinois. Cote ***

À suivre prochainement: Chronique de l'étrange II made in Italie
PMEmail Poster
Top
Pages : (2) [1] 2 
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

« Sujets + anciens | Événements HK Cinemagic | Sujets + récents »

Topic OptionsReply to this topicStart new topicStart Poll