Bienvenue invité ( Connexion | Inscription ) Recevoir à nouveau l'email de validation  

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Cinéma Et Télévision : À Hong Kong Et En Chine, Les faits et les chiffres
Suivre ce sujet | Envoyer ce sujet | Imprimer ce sujet
Pages : (7) « Première ... 5 6 [7]  ( Aller vers premier message non lu )
P'tit Panda
Ecrit le : Jeudi 13 Septembre 2012 08h43
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



Encres de Chine

Le blog de Stéphane Lagarde



26 août 2012 - 12h49

Images interdites

Le Festival du Film Indépendant de Pékin devait se terminer ce dimanche. Il a été interrompu il y a trois jours sur ordre des autorités chinoises. En neuf ans d'existence, le festival de Songzhuan est devenu le premier rendez-vous des amateurs de documentaires, dans la quasi clandestinité




Un avertissement aux caractères fébriles placardé sur la porte de la cinémathèque Liu Xianting dans la banlieue est de la capitale chinoise. L’injonction est tombée la veille du week-end : « A la suite d’une notification du directeur, le 9ème Festival du Film Indépendant de Pékin a dû se terminer en avance ». Devant l’entrée, une poignée de passionnés affichent leur déception. Comme souvent dans ce genre de cas, les autorités ont préfèré le « texto » au « coup de fil ». L’indépendance n'est pas la chose la plus valorisée en Chine


Village d’artistes


Les amateurs de documentaires se faisaient pourtant une joie de retourner à Songzhuang pour ce rendez-vous annuel avec le cinéma du réel dans la grande banlieue de Pékin. On dit banlieue, mais il y a encore quelques années on était ici presque à la campagne. Situé à une quinzaine de kilomètres du sixième périphérique de la capitale chinoise, Songzhuang est aujourd’hui hérissé de palissades de chantier. On y construit des résidences modernes par dizaines, pour satisfaire à la boulimie des pelleteuses et à l'appétit tentaculaire d'une mégalopole qui finira peut-être un jour par reculer jusqu’à la mer.


En attendant, les murs parlent à Songzhuang et le mobilier urbain est utilisé pour annoncer, ici la création d’une galerie, là une nouvelle exposition ou plus loin un concert précédé d’une projection dans un ciel relativement plus dégagé que Pékin. Les allées boisées, les routes poussiéreuses et le teint hâlé des vendeurs de fruits sur les bas-côtés indiquent en effet que nous ne sommes pas si loin des champs.


C’est à Songzhuang que des centaines d’artistes ont voulu se mettre au vert au début des années 2000. Les précurseurs étaient arrivés dix ans plus tôt, suite à leur expulsion du village d’art de l’ancien Palais d’été (Yuanmingyuan) et la démolition du quartier des universités. Depuis la communauté de Songzhuang a grossi. On parle de près de 2 000 artistes regroupés dans 40 bourgs du district de Tongzhou. Des peintres, des calligraphes, des céramistes, des plasticiens et des fondus d’images qui pensaient pourvoir raconter d’autres histoires que CCTV avec une caméra.


Panne de courant


Samedi 18 août, le festival ouvre ses portes. Deux lieux sont alors prévus pour accueillir une programmation riche d’une centaine de films dont une grosse partie venue de Taiwan : Le musée des beaux arts et le centre d’art contemporain de Songzhuang. Il y a foule pour la première raconte Kevin B. Lee. 500 personnes sont présentes à la cérémonie d’ouverture dont des policiers en uniforme. La projection du « Village qui n’a pas faim » de Zhou Xueping peut malgré tout commencer. Le film raconte la grande famine des années Mao... Quand soudain l’écran s’éteint ! Une panne de courant touche tout le district affirment les officiels. Pendant six heures, les organisateurs vont tenter de joindre les électriciens en charge du secteur. Mais les électriciens restent injoignables, la projection ne pourra pas redémarrer.


Quand le cinéma du réél fait peur au pouvoir chinois : « J’ai l’habitude de reconnaître les policiers en civil confie le dissident Hu Jia. Ce jour-là j’en au vu beaucoup, ils avaient garé leurs voitures dans les rues alentour. Ils ont fait sortir tout le monde et seules les personnes accréditées avec un badge ont pu entrer. La projection a commencé… Mais au bout de 40 minutes, l’électricité a été coupée ! Impossible ensuite de redémarrer la séance. De 14 h jusqu’à 20 h, il n’y a pas eu de courant. Les autorités avaient prévenu les organisateurs : ‘Votre festival pourrait être interrompu en raison de la présence de certains spectateurs’. » La menace aurait donc été mise a exécution affirme le coordinateur de l’association « les Avocats aux pieds nus » qui s’excuse d’avoir pu gêner le festival. Ai Weiwei, autre bête noire de l’appareil de sécurité publique dont le documentaire So Sorry était programmé dans la semaine, n’a lui pas fait le déplacement.


Festival sous le manteau

Contrairement au Festival du film indépendant de Nankin dont ce sera la 9ème édition également en octobre prochain ou au Festival du cinéma indépendant d’Asie à Xi’an au mois de mai, le Festival de Pékin n’est pas lié à une Université. Longtemps l'évènement a ainsi été organisé sous le manteau, sans le feu vert des autorités, mais avec une programmation totalement indépendante. Du coup, il a fallu ruser. En mandarin le Festival des Films Indépendants de Pékin n’est pas un festival de « films » mais un festival « d’images ».


« Ils disent que nos films n’ont pas été approuvés par le bureau de la propagande et que par conséquent notre festival n’est pas autorisé explique Zhang Qi. Nous nous disons que chacun de nos films est un objet d’art et donc qu’il s’agit d’un festival artistique. Depuis la création du fond pour le cinéma, nous insistons sur la notion d’indépendance. Mais si on ne demande pas l’autorisation de l’Etat, cela ne veut pas dire que nous sommes des contestataires poursuit l’une des coorganisatrices de l’évènement. »


« Inattendu mais normal »


Outre la susceptibilité du pouvoir face à ce cinéma de plaies et de bosses qui raconte la société chinoise en mouvement, l’évènement a lieu aussi cette année à quelques semaines du 18ème Congrès où doit être renouvelée la direction du Parti Communiste Chinois. Cela évidemment n’arrange rien à l'affaire, les services de sécurité étant particulièrement sur les dents."C'est inattendu mais c'est normal" résume dans un éclat de rire gêné, le programmateur de l'évènement Wang Hongwei


« Pendant les deux mois qui précèdent le Congrès, prévu normalement en octobre, les autorités essayent de limiter au maximum les rassemblements de personnes jugées sensibles poursuit Hu Jia. Et même si le festival ne rassemble qu’une centaines de cinéphiles et de professionnels, c’est déjà trop ! Il y a des œuvres qui parlent par exemple des démolitions expulsions et ça ne leur plait pas ! Le documentaire qui enregistre la société est considéré comme un ennemi par le pouvoir. »


电影

Dans la cour de la cinémathèque, des caisses de bières attendent les réalisateurs invités. La plupart sont déjà repartis à Pékin et visiteront la cité interdite faute de pouvoir présenter leur film. Grondement résigné à l’entrée. L’un des festivaliers venu en train depuis la province du Shanxi, nous montre son tee-shirt. C’est de l’anglais. Un slogan en lettres noires sur fond jaune aussi charmant qu’évocateur...


En chinois cinéma se dit "images électriques". Le festival de Songzhuang a donc, cette année encore, été plongé dans le noir.



s : http://chine.blogs.rfi.fr/article/2012/08/...ages-interdites


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
P'tit Panda
Ecrit le : Mardi 18 Septembre 2012 00h22
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



Selon la presse HK, pour anticiper la guerre des télés à venir (de nouvelles licences de chaînes gratuites seront accordées), les nouveaux actionnaires de la TVB ont décidé de mettre le paquet sur la production des séries télévisées - qui font l'identité d'une chaîne.

Charles Chan Kwok Keung 陳國強, le nouvel homme fort de la TVB, a demandé l'aide de Wong Jing 王晶 et de Eric Tsang 曾志偉 pour recruter des vedettes du cinéma - et issues de la TVB.
Wong Jing et Eric Tsang connaissent pratiquement tout le monde dans le milieu. Ce sont en plus des producteurs chevronnés. Ils arrivent souvent à convaincre les artistes de rejoindre leurs projets.

La première cible a été Andy Lau 劉德華.
Selon Eric Tsang, si Andy accepte de revenir tourner des séries à la TVB, il y a de fortes chances que d'autres grandes vedettes l'imitent.
Andy Lau aurait dit oui à Eric Tsang pour un projet de série TVB d'une longueur de 30 ou 40 épisodes.
C'est Andy lui-même qui décidera du genre de série qu'il veut faire.
Les premières moutures de scénario devraient sortir à la fin de l'année.
Le tournage pourrait démarrer en 2013.


Wong Jing et Eric Tsang sont ensuite allés voir Chow Yun Fat 周潤發.
Selon eux, CYF aurait l'intention de revenir travailler à HK. Il a déjà accepté quelques projets de films.
L'idée n'a pas déplu à l'acteur, pur produit de la TVB, qu'il a quittée il y a environ 26 ans.
Lors d'une rencontre avec des journalistes, CYF a confirmé avoir discuté de tout ça avec les 2 influents dodus du métier.
"Bien sûr que je suis partant ! Qu'ils m'envoient le scénario !" a déclaré la star en riant.
"Quant aux cachets, il faudra en parler à ma femme", a t-il ajouté.


Carina Lau 劉嘉玲
est aussi prête à revenir faire une caméo dans des séries TVB.

Deanie Ip 葉德嫻, revenue au premier plan grâce à "A Simple Life" de Ann Hui, va tourner une série pour la TVB l'an prochain. Produite et supervisée par Wong Jing, il s'agit d'une série de 40 épisodes sur les affres d'une grande famille (grande spécialité de la chaîne). L'actrice sera payée 250 000 HKD par épisode.


http://news.sina.com.tw/article/20120915/7857716.html


Chow Yun Fat & Andy Lau dans "The Legend of Master Su" , série TVB des années 80 :

Image attachée
Image attachée


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
P'tit Panda
Ecrit le : Lundi 15 Octobre 2012 12h25
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



Pour attirer les joueurs dans ses casinos, Macao mise sur le cinéma

AFP


Macao, une petite péninsule dans le sud de la Chine, est parvenue en quelques années à chiper à Las Vegas la couronne de capitale du jeu. Elle veut aussi séduire les réalisateurs de cinéma, grâce à ses casinos flamboyants et ses ruelles au charme suranné.

Mauvais garçons, femmes fatales, et pour toile de fond un Portugal tropical perdu en mer de Chine, l'imaginaire lié à Macao séduit les réalisateurs depuis des décennies et encore aujourd'hui.

C'est là qu'ont été tournées plusieurs scènes de "The Thieves" ("Les voleurs"), un film sud-coréen de Choi Dong-Hun, vu par 12,5 millions de personnes en Corée de Sud depuis sa sortie en juillet --deuxième plus gros succès commercial dans ce pays.

Le film sortira dans plusieurs pays d'Asie et vient d'être présenté au festival international de Toronto.

L'intrigue tourne autour d'un gang de Chinois et de Coréens, qui prépare un vol de diamants, un scénario qui rappelle le succès hollywoodien "Ocean Eleven" dont les deux versions, de 1960 et 2001, se déroulent à Las Vegas.

"Nous avons choisi Macao pour son atmosphère cinématographique et exotique", déclare la productrice Ahn Soo-hyun.

Le contraste entre les casinos modernes --voire clinquants-- et les petits immeubles sombres et défraîchis qui bordent les ruelles tortueuses de cette ancienne colonie portugaise conférait au film l'atmosphère requise, ajoute-t-elle.

Plus de 28 millions de personnes ont visité Macao en 2011, un nombre record pour ce petit territoire de 600.000 habitants, composé d'une péninsule et de deux petites îles rattachées par des ponts et une bande de terre gagnée sur la mer.

Pour 2012, Macao attend 30 millions de touristes. La plupart ne viennent pas pour ses restaurants portugais ou ses églises bâties par les Jésuites, mais pour sa trentaine de casinos gigantesques, dotés de milliers de chambres d'hôtels, de vastes salles de jeu, et même pour l'un d'entre eux d'une réplique du canal de Venise, avec les gondoles.

Cette ancienne colonie rendue à la Chine en 1999 conserve une large autonomie et bénéficie du privilège d'être le seul endroit en Chine où les jeux d'argent sont autorisés.

Les joueurs viennent surtout de Chine, Hong Kong et Taïwan, et le territoire cherche à élargir sa clientèle. Les visiteurs de Corée du Sud étaient près de 400.000 en 2011, en hausse de 20% sur un an.

Et quoi de plus efficace pour attirer le chaland que de "mettre en scène" le territoire dans des films ou des séries télévisées? L'Office de tourisme de Macao se félicite ainsi des scènes tournées à Macao dans plusieurs séries sud-coréennes: "East of Eden" (2008), "Boys over flowers" (2009) ou "The Fugitive: Plan B" (2010).

"La Corée du Sud a une forte influence culturelle sur le monde de nos jours" et "ces séries populaires ont fait bien de la publicité de Macao", déclare Lew Hwan Kyu, de l'Office de tourisme. "C'est une approche indirecte mais efficace pour promouvoir la ville".

En 1952 déjà, dans "Macao", un ancien soldat (Robert Mitchum) et une chanteuse de cabaret (Jane Russell) débarquent dans ce port du bout du monde en quête d'aventure. En 2009, le Hong-Kongais Johnnie To lâche Johnny Hallyday sur la piste des tueurs du mari et des enfants de sa fille, dans un Macao noyé sous la pluie et les néons ("Vengeance").

"Shanghai surprise", dont certaines scènes furent tournées à Macao, réunit à l'écran en 1986 les deux jeunes mariés Madonna et Sean Penn, pour le pire du cinéma.

Penn a raconté plus tard avoir été arrêté sur les lieux du tournage, pour avoir suspendu dans les airs un paparazzi depuis le balcon de son hôtel. Il avait échappé à la prison en sautant dans un aéroglisseur en partance pour Hong Kong, ajoutait-il.


s : http://www.lepoint.fr/societe/pour-attirer...-1516955_23.php


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
P'tit Panda
Ecrit le : Samedi 20 Octobre 2012 23h05
Quote Post


God
**********

Groupe : Modérateurs
Messages : 20029
Membre n° : 194
Inscrit le : 27/01/2005

Dragon



Tape proves broadcaster DBC a victim of Bejing meddling, co-host says
Leaked conversations suggest liaison office did not want a controversial host to work at DBC


Joyce Ng and Jolie Ho
joyce.ng@scmp.com


A leaked tape seen as proof that troubled radio station DBC was a victim of political interference from Beijing has sparked renewed controversy over the broadcaster's future.

The tape, understood to be records of conversations between the shareholders of Digital Broadcasting Corporation, was posted on YouTube last night and received more than 11,000 clicks. It was also played by station staff at a rally at government headquarters in Tamar, Admiralty.

The clip, which lasts for just over 4½ minutes, concerns two meetings of DBC directors, one in May last year and the other in February or March this year, a station spokeswoman said.

A man DBC says is shareholder Bill Wong Cho-bau can be heard commenting on a plan to hire Lee Wai-ling, who hosts current affairs talk shows for Commercial Radio and is critical of the government.

"Lee Wai-ling. We have heard her. She is too provocative," the man says. "Ah Peng told me the liaison office is very offended by her." The director of the liaison office is Peng Qinghua.

"If she really comes, and Taipan cannot control her... We don't want to get involved in politics," he adds. Taipan is the nickname of DBC founder Albert Cheng King-hon.

Cheng tells the man the station should not be a "mouthpiece". "I can't say I will control her... I can't do that. We have to keep up editorial autonomy and I have told all the hosts to stand by facts. That's how our credibility stands," he says.

In the second part of the tape, supposedly concerning the meeting this year, the man said to be Bill Wong says he will not invest any more money in the station: "You know why I won't buy it. I'd rather buy an aircraft."

Wong and Cheng were unable to be reached to comment.

DBC said Cheng had received a letter from Wong's lawyers barring him from speaking.

Wong, a Beijing loyalist, has refused to top up cash for the station, which began operating fully in May. He then filed a writ over the station's bookkeeping.

Cheng has called the dispute "politically motivated" and vowed to continue to solicit donations to fight the legal disputes.

At a protest over government inaction on the station at Tamar last night, Cheng's co-host Peter Lam Yuk-wah said the leaked tape showed the station's imminent closure was a result of political suppression. He said the tape was leaked by a staff member and Cheng knew nothing about it.

Another host, Lau Nam-kwong, said he would go on hunger strike to protest against political interference. They were on the eighth day of a voluntary effort to keep the station on air in compliance with licensing rules.

The Commerce and Economic Development Bureau would not say if it was aware of the clip but said that it would not intervene in a shareholders' dispute.

Lawmakers have urged the government to step in.

Democratic Party vice-chairwoman Emily Lau Wai-hing said that, assuming the recording was authentic, the liaison office had gone too far.

"This is against the Basic Law and 'one country, two systems'. Why does it matter to the liaison office who is invited to host a local broadcast programme?"

Labour Party chairman Lee Cheuk-yan said recent developments showed political suppression was to blame for the shutdown of DBC.

Civil Party leader Alan Leong Kah-kit said the tape showed Wong did consult the liaison office about the operations of DBC.

"The government should really see to it and help DBC resume broadcasting," he said. "This is not really a dispute among shareholders. The government should not just hide behind it."


s : http://www.scmp.com/news/hong-kong/article...ng-co-host-says


--------------------
其实人在小时候就已经养成看待世俗的眼光,只是你并不自知。(侯孝贤)
PMEmail PosterYahooMSN
Top
manolo
Ecrit le : Dimanche 24 Mars 2013 17h34
Quote Post


Superstar
****

Groupe : Team HKCinemagic
Messages : 2057
Membre n° : 3084
Inscrit le : 29/05/2007

Dragon



Nat Chan est la vedette d'un nouveau show TVB intitulé "Nat Around The World". Le concept est original : Nat se ballade au 4 coins du monde pour faire étalage de sa richesse, se goinfrer et taquiner de la bimbo. Les téléspectateurs dézinguent l'émission :
QUOTE
Hong Kong Viewers Irate At Pretentious TVB Travel Show Featuring This $360,000 Tourbillon Phone

The largest television station in Hong Kong, TVB, has been catching flak for the reduced quality of its entertainment programs, from soap operas to games shows. Recently, the station introduced a new travel show, “Nat Around The World” (叻哥遊世界), in which host Natalis Chan travels luxuriously with his friends to places such as Dubai, Milan, London, Tanzania, and, of course, mainland China. The episode aired on March 7 and has received particularly harsh criticism from Hong Kong netizens for being extremely ostentatious.

In the episode, Natalis and his friends are greeted by two so-called local celebrities, and together they enjoy a dinner worth HK$60,000. Natalis humbly shows his “cheapest” mobile phone to his friends – one that’s worth HK$2.8 million.

Natalis’s phone looks like an ordinary low-end fold-up, and its specifications are probably slightly better than a Nokia 3310. So why is this phone so expensive? The host reveals the secret – melded into the mobile is a tourbillon watch.

Who but a parvenu would purchase such a thing? Next time, to show off, perhaps Natalis can glue the deeds to his house to his mobile.

Or maybe he can film himself giving to charity. At least that type of flaunting won’t cause viewers to call him an idiot for carrying such lavishly nonsensical items.


Source Beijing Cream
L'épisode incriminé dans l'article est visible dans son intégralité ici




Image attachée
Image attachée


--------------------
PMEmail Poster
Top
jonathan-asia
Ecrit le : Dimanche 27 Octobre 2013 10h11
Quote Post


Monkey king
***

Groupe : Collaborateurs
Messages : 800
Membre n° : 5809
Inscrit le : 18/11/2007

Dragon



Je cherche à mettre la main sur un reportage sur Hong Kong réalisé par Pierre Brouwers, diffusé sur Arte récemment.

C'était un reportage hyper complet et j'aimerais le posséder absolument.

Quelqu'un l'a t-il vu? Des infos? Merci d'avance.


--------------------
Cinéma Asiatique Forever.
PMEmail PosterUsers Website
Top
jonathan-asia
Ecrit le : Dimanche 27 Octobre 2013 10h54
Quote Post


Monkey king
***

Groupe : Collaborateurs
Messages : 800
Membre n° : 5809
Inscrit le : 18/11/2007

Dragon





--------------------
Cinéma Asiatique Forever.
PMEmail PosterUsers Website
Top
Pages : (7) « Première ... 5 6 [7] 
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :

« Sujets + anciens | Séries TV et Téléfilms | Sujets + récents »

Topic OptionsReply to this topicStart new topicStart Poll